Le développement de l’agression physique au cours de l’enfance : différences entre les sexes et facteurs de risque familiaux

Le développement de l’agression physique au cours de l’enfance : différences entre les sexes et facteurs de risque familiaux

Le développement de l’agression physique au cours de l’enfance : différences entre les sexes et facteurs de risque familiaux

Le développement de l’agression physique au cours de l’enfance : différences entre les sexes et facteurs de risque familiauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [4925]

Côté, Sylvana, Tremblay, Richard E. et Vitaro, Frank. 2003. «Le développement de l’agression physique au cours de l’enfance : différences entre les sexes et facteurs de risque familiaux ». Sociologie et Sociétés, vol. 35, no 1, p. 203-220.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dans le cadre de cette étude, nous effectuons la comparaison des niveaux et des modèles de développement de l’agression physique des garçons et des filles afin d’établir les similarités et les différences et d’examiner jusqu’à quel point un même niveau d’agression est lié à des facteurs étiologiques communs aux deux sexes. Ainsi, un objectif est de déceler des facteurs de risque associés aux trajectoires [où le niveau de violence dans l’agression est le plus élevé] et d’examiner la possibilité que des facteurs de risque d’origine familiale soient différemment associés aux comportements des garçons et des filles. » (p. 206)

Questions/Hypothèses :
« Dans cette étude, nous examinons les hypothèses suivantes : 1) l’existence présumée de groupes d’individus qui manifestent des modèles distincts de comportements antisociaux au cours de l’enfance; et 2) la valeur prédictive des facteurs de risque familiaux. » (p. 207)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« En 1986 et 1987, un échantillon d’enfants fréquentant une maternelle dans des écoles publiques francophones du Québec a été sélectionné. La stratégie d’échantillonnage visait à inclure dans l’étude des enfants représentatifs des différentes régions du Québec, ainsi que des régions urbaines et rurales. Lorsque les enfants étaient âgés d’environ 6 ans, le Questionnaire des comportements sociaux (QCS) a été envoyé aux parents de chacun des enfants sélectionnés. À partir des 4648 répondants, un sous-échantillon représentatif (957 garçons et 946 filles) a été sélectionné pour le suivi longitudinal. Les parents ont répondu à des questionnaires concernant leur enfant chaque année entre la maternelle et la sixième année du primaire. » (p. 208)

Instruments :
Questionnaire des comportements sociaux (QSC)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Plusieurs théories concernant le développement des comportements violents et antisociaux se centrent sur l’idée qu’il existe des groupes d’individus qui suivent des trajectoires distinctes et que des facteurs de risque spécifiques sont associés aux trajectoires qui débutent au cours de l’enfance. Ces théories sont pour la plupart formulées et testées auprès des hommes. Cette étude a pour objectif de modéliser le développement de comportements antisociaux chez les deux sexes et plus spécifiquement 1) de reconnaître les trajectoires développementales d’agression physique des garçons et des filles au cours de l’enfance et 2) d’examiner les variables familiales reliées à ces trajectoires. La modélisation permet d’établir quatre groupes d’enfants suivant des trajectoires développementales distinctes d’agression physique au cours de l’école primaire. Il y a presque trois fois plus de garçons que de filles sur les trajectoires les plus élevées. L’interaction entre le statut familial et la pauvreté est associée aux trajectoires qui dénotent un niveau élevé d’agression, et ce, en contrôlant le sexe. Les résultats suggèrent que les garçons et les filles qui proviennent d’une famille à la fois non intacte et pauvre sont particulièrement à risque de suivre des trajectoires élevées d’agression physique. » (p. 217)