Un père et une mère, des différences qui font la différence pour l’enfant

Un père et une mère, des différences qui font la différence pour l’enfant

Un père et une mère, des différences qui font la différence pour l’enfant

Un père et une mère, des différences qui font la différence pour l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [4875]

Dubeau, Diane et Coutu, Sylvain. 2003. «Un père et une mère, des différences qui font la différence pour l’enfant ». PRISME, vol. 41, no 1, p. 58-75.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteurs abordent d’abord la question des rôles parentaux en fonction de trois courants théoriques pour ensuite souligner la nécessité d’élaborer un nouveau modèle conceptuel de la socialisation de l’enfant afin de mieux rendre compte des apports spécifiques et complémentaires de chacun des parents.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« La société actuelle valorise l’atténuation des différences et bien que cette tendance soit à maints égards souhaitable, il est toutefois pertinent de s’interroger sur la contribution positive que peuvent représenter certaines différences lorsqu’elles sont considérées dans une perspective de complémentarité. Les auteurs abordent la question des rôles parentaux dont l’intégration pose la question de la similitude ou de la complémentarité des rôles exercés par les mères et les pères. Ils proposent une conceptualisation de la complémentarité parentale qui s’inspire de trois grands courants théoriques concernant la socialisation de l’enfant d’âge préscolaire, soit les théories de l’attachement, socioculturelle et néo-behavioriste. Prenant en considération les résultats d’études comparatives mère-père, ils recensent les travaux à propos de quatre éléments influant sur la composante parentale en rapport avec la socialisation de l’enfant : contrôle exercé au cours de l’interaction, caractéristiques affectives et cognitives, langage comme médiateur des habiletés autorégulatrices de l’enfant et sensibilité et flexibilité des comportements parentaux. » (p. 59)