Comparaison d’adolescents ayant un trouble des conduites sur les facteurs familiaux : différence selon l’âge d’apparition du trouble

Comparaison d’adolescents ayant un trouble des conduites sur les facteurs familiaux : différence selon l’âge d’apparition du trouble

Comparaison d’adolescents ayant un trouble des conduites sur les facteurs familiaux : différence selon l’âge d’apparition du trouble

Comparaison d’adolescents ayant un trouble des conduites sur les facteurs familiaux : différence selon l’âge d’apparition du troubles

| Ajouter

Référence bibliographique [4838]

Gaudreault, Martin. 2003. «Comparaison d’adolescents ayant un trouble des conduites sur les facteurs familiaux : différence selon l’âge d’apparition du trouble». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Faculté d’éducation, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Une question s’impose : doit-on considérer l’âge d’apparition du trouble des conduites [TC] comme étant une caractéristique distinctive de ce trouble? (l’âge précoce d’apparition du TC comme un trouble et l’âge tardif d’apparition comme un autre trouble distinct). Ainsi, si les jeunes à début précoce et à début tardif présentent deux troubles distincts, ils devraient différer au plan des manifestations, des caractéristiques associées (familiales et personnelles) et de l’évolution une année plus tard. » (p. 20)

Questions/Hypothèses :
« La présente étude cherche à vérifier trois hypothèses. Premièrement, les adolescents TC à début précoce présenteraient des comportements plus problématiques que ceux à début tardif, soit un plus grand nombre de symptômes diagnostiques du trouble des conduites, davantage de conduites agressives ainsi qu’une plus grande proportion avec concomitance du déficit d’attention avec hyperactivité et du trouble d’opposition avec provocation. Deuxièmement, les adolescents TC à début précoce présenteraient des conditions familiales adverses (le niveau socioéconomique, le fonctionnement familial, les pratiques parentales, l’engagement relationnel des parents à l’égard de l’enfant et l’engagement relationnel de l’enfant à l’égard de ses parents). Troisièmement, les adolescents TC à début précoce poursuivent davantage les troubles des conduites après un an que les adolescents TC à début tardif. » (pp. 3-4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon est composé de 57 adolescents dont une demande de placement en Centres de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation (CRJDA) est faite en vertu de la Loi sur les services sociaux et de santé (LSSS) ou de la Loi de protection de la jeunesse (LPJ) et leurs parents. Les jeunes sont âgés entre 12 et 17 ans. L’ensemble des jeunes doit également être diagnostiqué comme ayant un trouble des conduites selon le DSM IV. » (p. 37) Ils sont divisés en deux groupes : « 1) type à début durant l’enfance (n = 19, moins de 10 ans); 2) type à début durant l’adolescence (n = 38, 10 ans et plus). » (p. 37)

Instruments :
- Trouble des conduites : « mesuré à l’aide du DISC (Shaffer et al., 1993) » (p. 39);
- « Questionnaire de l’Enquête Santé Québec sur les jeunes (Hôpital Rivière-des-Prairies, 1992) rend compte de la situation économique de chacun des parents et du revenu annuel familial » (p. 41);
- Fonctionnement familial: le Family Assessment Device (FAD) (Epstein et al., 1983);
- Engagement relationnel des parents à l’égard de leur enfant : Index of parental attitudes (Hudson, 1982);
- Engagement relationnel de l’enfant à l’égard de ses parents : Child’s Attitude toward Mother (CAM) et Child’s Attitude toward Father (CAF) (Hudson, 1982);
- Pratiques parentales : Alabama Parenting Questionnaire (APQ) (Shelton et al., 1996).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Ce mémoire a pour but de vérifier si l’âge d’apparition du trouble des conduites est une caractéristique distinctive de ce trouble, soit l’âge précoce d’apparition du TC comme un trouble et l’âge tardif d’apparition comme un autre trouble distinctif. Des questionnaires ont été administrés aux adolescents et à leurs parents. Une année plus tard, ils ont été réévalués avec les mêmes questionnaires. Les résultats indiquent qu’en général, les deux groupes d’adolescents TC ne diffèrent pas quant à leurs conduites, au plan des facteurs familiaux et de la stabilité temporelle des TC. Les adolescents TC à début précoce diffèrent significativement de ceux à début tardif sur deux variables familiales, soit l’encadrement et la supervision du parent et l’engagement relationnel du parent envers son enfant. Nos deux groupes de participants pourraient être similaires à plusieurs niveaux. » (p. 1)