La violence conjugale envers les hommes et les femmes, au Québec et au Canada, 1999

La violence conjugale envers les hommes et les femmes, au Québec et au Canada, 1999

La violence conjugale envers les hommes et les femmes, au Québec et au Canada, 1999

La violence conjugale envers les hommes et les femmes, au Québec et au Canada, 1999s

| Ajouter

Référence bibliographique [4748]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le présent rapport fait état de diverses mesures de la prévalence de la violence physique subie par les hommes et les femmes de la part de leur conjoint actuel ou d’un ex-conjoint, au Québec et au Canada. » (p. 18)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données de l’enquête sur la victimisation criminelle effectuée dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG) 1999 de Statistique Canada.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Le présent rapport fait état de diverses mesures de la prévalence de la violence physique subie par les hommes et les femmes de la part de leur conjoint actuel ou d’un ex-conjoint, au Québec et au Canada. Il examine les caractéristiques des victimes du conjoint actuel ou d’un ex-conjoint, et esquisse, à partir des données disponibles, le profil des agresseurs, incluant le recours à des conduites contrôlantes. Il présente également des données relatives aux blessures consécutives à la violence conjugale physique, à la proportion des victimes qui se sont confiées à des proches, aux incidents signalés aux services policiers et aux raisons qui ont motivé le signalement ou le non-signalement de ces incidents. Enfin, il établit dans quelle proportion les victimes ont eu recours à des services d’aide ainsi que les raisons invoquées par celles qui s’en sont abstenues. L’analyse comporte également des comparaisons avec diverses études sur la violence conjugale physique réalisées au Canada, aux États-Unis ou ailleurs dans les pays industrialisés. Cependant, les études de la prévalence de la violence physique ont recours à des méthodologies variées. La comparaison de ces études exige que les caractéristiques principales ainsi que les contraintes inhérentes aux diverses méthodologies employées pour obtenir ces résultats soient énoncées et discutées. Enfin, les résultats de certains travaux de recherche seront ajoutés à la présentation des données de l’ESG sur la violence conjugale. Ces ajouts viseront à favoriser une mise en perspective plus nuancée de la variété des résultats observés. » (p. 18)