Une approche épidémiologique des problèmes de surpoids chez les jeunes Québécois

Une approche épidémiologique des problèmes de surpoids chez les jeunes Québécois

Une approche épidémiologique des problèmes de surpoids chez les jeunes Québécois

Une approche épidémiologique des problèmes de surpoids chez les jeunes Québécoiss

| Ajouter

Référence bibliographique [473]

Rousseau, Élisabeth. 2010. «Une approche épidémiologique des problèmes de surpoids chez les jeunes Québécois». Dans Pédiatrie et obésité : un conflit entre nature et culture , sous la dir. de Fernando Alvarez, Levy, Émile et Roy, Mathieu, p. 51-68. Montréal: Éditions du CHU Sainte-Justine.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Au cours de ce chapitre, nous tenterons de mettre en perspective les relations complexes qui existent entre l’environnement dans lequel nous évoluons, notre patrimoine génétique et la façon dont nous vivons, travaillons, nous divertissons. » (p. 51)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- L’auteure utilise des données provenant de différents organismes tels que l’Institut de la statistique du Québec, le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et l’Institut national de santé publique du Québec
- Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Réflexion critique

3. Résumé


« Devant l’envergure du problème sociétal que représente l’obésité, on constate qu’il n’y a pas de solution facile et rapide, du type ‘manger moins, bouger plus’. Il faut une stratégie beaucoup plus large et multidisciplinaire. […] La […] volonté de s’attaquer collectivement au problème de surpoids existe, tant au plan canadien que plus spécifiquement québécois. […] Ainsi, avec un vaste engagement communautaire et une volonté ferme de la part des instances gouvernementales, on réussira peut-être à infléchir la tendance galopante de l’épidémie d’obésité. On éviterait alors ce qu’on prévoit en ce moment, c’est-à-dire une espérance de vie moindre de 10 ans pour ces jeunes, comparativement à leurs parents. En définitive, nous faisons tous partie de la solution : médecins, patients, familles, intervenants divers. C’est seulement ensemble que nous finirons par trouver une solution à l’énorme défi de santé publique que représente l’obésité. » (p. 63-64) L’auteure s’intéresse au milieu familial pour soulever des facteurs qui favorisent l’obésité, comme la pauvreté et la monoparentalité. Elle indique, par ailleurs, que les parents font partie de la solution et qu’il faut les responsabiliser en ce sens.