Développement des perceptions de compétence scolaire des enfants : rôle du sentiment d’auto-efficacité et des buts des parents

Développement des perceptions de compétence scolaire des enfants : rôle du sentiment d’auto-efficacité et des buts des parents

Développement des perceptions de compétence scolaire des enfants : rôle du sentiment d’auto-efficacité et des buts des parents

Développement des perceptions de compétence scolaire des enfants : rôle du sentiment d’auto-efficacité et des buts des parentss

| Ajouter

Référence bibliographique [4709]

Marcoux, Marie-France. 2003. «Développement des perceptions de compétence scolaire des enfants : rôle du sentiment d’auto-efficacité et des buts des parents». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif général de la présente thèse est d’examiner les liens entre le développement des perceptions de compétence de l’enfant alors qu’il est au début de sa scolarité et les quatre variables parentales suivantes : le sentiment d’auto-efficacité dans le rôle de parent, la perception de compétence de l’enfant en lecture et en mathématiques, la valorisation des buts de maîtrise et des performances dans ces deux matières ainsi que la valorisation du développement de l’autonomie de l’enfant et celle du contrôle de ce dernier. » (p. xiii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Quatre-vingt-quinze familles dont 51 ont un garçon et 44 ont une fille en deuxième année du primaire au début de l’étude.

Instruments :
Mesures auprès des enfants
- Questionnaire sur la perception de compétence (Bordeleau, 2000)
- Mesure de l’évaluation réfléchie des compétences de l’enfant (instrument inspiré de Fortin, 1994)
- Résultats scolaires
Mesures auprès des parents
- Sentiment d’auto-efficacité comme parent (élaboré pour la présente étude)
- Buts du parent soutenant l’autonomie ou le contrôle de l’enfant (adapté de Deci, Schwartz, Sheinman & Ryan, 1981)
- Buts d’apprentissage valorisés par le parent pour son enfant (pour la présente étude)
- Évaluation parentale de la compétence de l’enfant (traduction du questionnaire de Alexander & Entwistle, 1988)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette étude s’intéresse au développement des perceptions de compétence scolaire d’enfants en début de primaire et à certaines variables parentales pouvant lui être associées. Reflétant les jugements que porte un enfant sur ses habiletés dans une matière, les perceptions de compétences sont cruciales pour son bon fonctionnement tout au long de sa scolarité. C’est durant les premières années de fréquentation de l’école que ces perceptions émergent et se développent. Les parents jouent un rôle de premier plan dans ce processus, les perceptions de compétence de l’enfant s’élaborant et se modifiant à partir des expériences rendues possibles dans son environnement et des rétroactions sur les résultats de ces expériences. [...]
Les résultats de cette étude montrent peu de changement d’une année à l’autre. Ainsi, du côté des enfants, les perceptions de compétences diminuent en lecture, mais pas en mathématiques, alors que du côté des parents, leur valorisation du contrôle de l’enfant augmente chez les mères et les pères, alors que celle des buts de performance en lecture diminue, mais chez ces derniers seulement. Nos résultats indiquent aussi que le rendement scolaire et le sexe de l’enfant sont tous deux liés à certaines des mesures parentales. Ainsi, selon ces résultats, les parents se sentent d’autant plus efficaces dans leur rôle et perçoivent leur enfant comme étant d’autant plus compétent en lecture et en mathématiques que son rendement scolaire dans ces deux matières, est élevé. La valorisation par les pères des buts de maîtrise et celle de l’autonomie par les mères varient aussi en fonction du rendement scolaire de ce dernier. Quant à lui, le sexe de l’enfant porte essentiellement sur les perceptions que ses parents ont de sa compétence: les pères ayant une fille jugent sa compétence en lecture plus élevée que ceux ayant un garçon, alors qu’à l’inverse, les mères ayant un garçon le jugent plus compétent en mathématiques que celles qui ont une fille.
Lorsque les mesures relatives aux parents et celles relatives aux enfants sont mises en lien, les résultats de la présente étude confirment l’importance des perceptions parentales et de la capacité de l’enfant pour celles que développe ce dernier et ce, dans les deux matières et aux deux années. Ils montrent par ailleurs, que la modification des perceptions de compétence des enfants d’une année à l’autre est liée à des changements dans la valorisation de différents buts par chacun des deux parents. [...]
D’une durée de deux ans, cette étude a en somme permis d’observer que les changements dans les perceptions de compétences des enfants sont concomitants à ceux dans certaines variables parentales. En outre, le fait d’avoir considéré simultanément la contribution des pères et des mères a permis de faire ressortir leur rôle conjoint dans les développement des perceptions de compétence de leur enfant et de montrer que ce rôle est complémentaire et dynamique. » (p. xiv)