Relations sociales entre enfants à l’âge scolaire : effet de la prématurité et de la déficience motrice

Relations sociales entre enfants à l’âge scolaire : effet de la prématurité et de la déficience motrice

Relations sociales entre enfants à l’âge scolaire : effet de la prématurité et de la déficience motrice

Relations sociales entre enfants à l’âge scolaire : effet de la prématurité et de la déficience motrices

| Ajouter

Référence bibliographique [4662]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif de la présente étude est donc de comparer trois dimensions des relations sociales soit le statut social, l’amitié et la victimisation auprès de quatre groupes d’enfants qui se distinguent par le degré d’atteinte motrice et par le statut de naissance. » (p. 50)
Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse stipule, qu’à efficience cognitive égale, les enfants des groupes DMC éprouvent plus de difficultés sociales que ceux des groupes prématurés non DMC et témoins. » (p. 50)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon d’enfants prématurés (EP) est constitué de 57 sujets (29 garçons), âgés entre 9 et 12 ans, nés à moins de 29 semaines de gestation et pesant moins de 1 500g. » (p. 51)

Instruments :
- Version francophone révisée du Revised Class Play (RCP ; Masten, Morison & Pelligrini, 1985) (RCP-R ; Nadeau & Tessier, en préparation);
- Wechsler Intelligence Scale for Children-III (WISC-III : Wechsler, 1991).
Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Depuis plus de cinquante ans, plusieurs recherches ont été menées dans le but de déterminer les caractéristiques et les comportements nécessaires au maintien de bonnes relations sociales d’un enfant avec ses pairs. Le statut social, l’amitié et la victimisation sont reconnus être les trois dimensions principales impliquées dans le développement des relations sociales optimales à l’âge scolaire. Pour plusieurs enfants, l’établissement et le maintien de relations sociales optimales est un processus qui favorise le développement alors que pour d’autres cette étape devient un obstacle significatif. Les travaux portant sur le suivi du développement d’enfants qui présentent un risque biologique à la naissance (enfants nés prématurément et/ou avec une déficience motrice cérébrale) mentionnent que malgré les efforts d’intégration dans les classes régulières, ces populations sont plus à risque de connaître des difficultés sociales tout au long de la période scolaire. L’objectif de l’étude est de comparer quatre groupes d’enfants qui se distinguent par le degré d’atteinte motrice et par le statut de naissance sur les trois dimensions des relations sociales. Les données révèlent qu’après contrôle des différences cognitives, les enfants des groupes qui présentent une déficience motrice cérébrale (nés prématurés ou à terme) et ceux du groupe formé d’enfants prématurés sans déficience motrice visible sont évalués par leurs pairs comme plus rejetés et victimes que les enfants nés à terme et sans déficience. La discussion tente d’identifier certains mécanismes sous-jacents à ces problèmes d’ajustement social. » (p. 48)