Appropriation des savoirs parentaux dans la continuité des services pour les familles ayant un enfant atteint d’une déficience motrice cérébrale

Appropriation des savoirs parentaux dans la continuité des services pour les familles ayant un enfant atteint d’une déficience motrice cérébrale

Appropriation des savoirs parentaux dans la continuité des services pour les familles ayant un enfant atteint d’une déficience motrice cérébrale

Appropriation des savoirs parentaux dans la continuité des services pour les familles ayant un enfant atteint d’une déficience motrice cérébrales

| Ajouter

Référence bibliographique [4630]

Pelchat, Diane et Lefebvre, Hélène. 2003. «Appropriation des savoirs parentaux dans la continuité des services pour les familles ayant un enfant atteint d’une déficience motrice cérébrale ». Education et francophonie, vol. 31, p. 130-146.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente un volet d’une étude qualitative portant sur le partenariat familles, intervenants, gestionnaires et sur l’appropriation des savoirs lors de la continuité de soins et services répondant aux besoins des familles (CQRS 2000-2002). Il décrit les résultats en fonction d’un des objectifs de l’étude, soit identifier le point de vue des parents dont un enfant est atteint de DMC concernant les apprentissages qu’ils réalisent lors de la co-construction de la continuité de services.» (p. 136)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Sept (7) couples de parents ont été recrutés dont quatre (4) ont un enfant de 13 à 24 mois, un (1) a des jumelles de 13 à 24 mois et deux (2) ont un enfant de 25 à 36 mois. Les types d’atteinte des enfants sont la paraplégie (n = 3), l’hémiplégie (n = 1) et la quadraplégie (n = 4). Les mères sont âgées entre 30 et 41 ans, pour une moyenne de 33 ans et les pères, entre 28 à 43 ans, pour une moyenne de 35 ans. Les couples sont mariés (n = 3), vivent en union de fait (n = 3) ou sont divorcés (n = 1). Le statut socio-économique des familles est déterminé par le gain familial annuel. Une famille présente un revenu inférieur (< 30 000 $), deux ont un revenu moyen (31 000 $ à 59 000 $) et quatre un niveau supérieur (> 60 000 $). L’échantillon est composé de 28 professionnels dont trois (3) médecins, neuf (9) gestionnaires (centre hospitalier, CLSC, centre de réadaptation, organisme communautaire) et seize (16) professionnels de la santé (physiothérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, infirmières, travailleurs sociaux, psychologues, éducateurs spécialisés).» (p. 137)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’implication des familles dont un enfant a d’une [sic] déficience motrice cérébrale dans la gestion du développement de leur enfant et des services dont il a besoin a connu une évolution notable. Elle a permis entre autres aux professionnels de reconnaître les savoirs parentaux comme étant des savoirs crédibles. Elle a aussi forcé ces professionnels à instaurer aussi favoriser [sic] l’acquisition de nouvelles par une nouvelle forme de rétroaction constante avec les familles, avec de nouvelles compétences parentales, facilitant notamment une meilleure prise en charge des enfants. Cet article présente une étude phénoménologique rétrospective ayant pour but d’étudier l’établissement du partenariat entre les différents professionnels et les familles dont un enfant prématuré est atteint d’une déficience motrice cérébrale. Il présente l’analyse du processus de la continuité de services offerts. Dans le cadre de cette étude, ont été rencontrés en entrevue individuelle [sic]. Du point de vue des parents, les résultats obtenus à partir des entrevues individuelles avec des parents et des professionnels identifient les objets des savoirs acquis, les lieux de transmission des savoirs, les éléments qui en facilitent l’accès, ainsi que la nature des besoins nécessitant des dispositifs d’apprentissage. » (p. 130-131)