Du mariage obligatoire au mariage facultatif

Du mariage obligatoire au mariage facultatif

Du mariage obligatoire au mariage facultatif

Du mariage obligatoire au mariage facultatifs

| Ajouter

Référence bibliographique [4621]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Tracer les grandes lignes du rapport au mariage des Québécois au cours du XXe siècle et de ses conséquences sur les plans légal, familial, etc.

2. Méthode



Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Jusqu’à la fin des années 60, les normes de la conjugalité étaient le legs d’une longue tradition culturelle : le mariage était toujours religieux et le divorce, presque impossible; l’union libre était peu tolérée et l’enfant naturel, privé de droits familiaux. Indispensable pour vivre en couple et fonder une famille, le mariage était quasi universel bien que pratiquement indissoluble, sauf naturellement par décès. La nuptialité pouvait cependant beaucoup varier d’une année à l’autre, ou d’une période à l’autre, au gré de la conjoncture économique et politique; ainsi, elle a été anormalement faible pendant une bonne partie de la crise des années 1930 et, au contraire, anormalement forte durant la Deuxième Guerre mondiale et l’immédiat après-guerre. L’âge au mariage variait lui aussi, et ce sont les jeunes gens des années 1950 et 1960 qui se sont mariés le plus tôt.
Au cours des trois dernières décennies du XXe siècle, le Québec a connu un ’démariage’ analogue à celui observé ailleurs en Occident. Le premier mariage a fortement reculé devant l’union libre en devenant de plus en plus tardif et de moins en moins fréquent. Le divorce a été plus largement pratiqué dès qu’il a été rendu facilement accessible; de plus, il a été de moins en moins souvent suivi du remariage. Enfin, le pourcentage de naissances hors mariage a constamment augmenté, dépassant même 50% pour les premières naissances. Le mariage est ainsi devenu de plus en plus facultatif, que ce soit en début de vie conjugale ou au moment de la naissance des enfants.
Ces deux grandes périodes de l’histoire du mariage au XXe siècle sont successivement évoquées dans les deux premières parties de ce chapitre. Quelques enjeux concernant le mariage et l’union libre sont ensuite présentés dans une troisième et dernière partie. » (p. 110)