Quelle vérité? ''Dans un gant de fer'', sa réception et la question de la référentialité

Quelle vérité? ''Dans un gant de fer'', sa réception et la question de la référentialité

Quelle vérité? ''Dans un gant de fer'', sa réception et la question de la référentialité

Quelle vérité? ''Dans un gant de fer'', sa réception et la question de la référentialités

| Ajouter

Référence bibliographique [4547]

Smart, Patricia. 2003. «Quelle vérité? ''Dans un gant de fer'', sa réception et la question de la référentialité ». Voix et Images, vol. 29, no 85, p. 33-47.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cet article analyse la réception publique et privée de« Dans un gant de fer » par rapport à la question de la référentialité, élément essentiel et pourtant difficile à cerner dans toute autobiographie. » (p. 33)

Questions/Hypothèses :
« La vérité des mémoires de Claire Martin dépasse de loin la simple dimension référentielle, car il s’agit d’une œuvre littéraire, dans laquelle — tout comme dans un roman — le réel est transposé et doté d’une cohérence et d’une signification qui portent l’empreinte de la vision unique de l’auteure. » (p. 44)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le récit autobiographique de Claire Martin « Dans un gant de fer » parut en deux tomes : « La joue gauche » (1965) et « La joue droite » (1966); puis les comptes rendus et lettres adressées à l’auteur sont analysés.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’autobiographie de Claire Martin, ’Dans un gant de fer’, a suscité une vive controverse lors de sa parution en 1965, à cause de ses révélations-chocs sur la violence familiale et sur l’éducation des jeunes filles dans le Québec d’avant la Révolution tranquille. Il va de soi que l’impact du livre n’aurait pas été le même si l’auteure avait couché son récit sous une forme romanesque […]. En énumérant les partis pris passionnés pour ou contre la ’vérité’ du livre, ainsi que les réponses tout aussi passionnées de l’auteure à ses critiques, il tente de mettre en valeur l’importance de ’Dans un gant de fer’ non seulement comme œuvre littéraire, mais comme document historique. » (p. 33)