Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique

Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique

Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique

Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologiques

| Ajouter

Référence bibliographique [4515]

Toupin, Jean, Pauzé, Robert, Yergeau, Éric, Déry, Michèle, Fortin, Laurier et Mercier, Henri. 2003. «Enfants manifestant un trouble des conduites et utilisant des services psychoéducatifs : un portrait social, familial et psychologique ». Santé Mentale au Québec, vol. XXVIII, no 1, p. 232-258.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Décrire les caractéristiques sociales, familiales et psychologiques d’enfants présentant des troubles des conduites et recevant des services en comparaison avec des enfants sans trouble des conduites.
Identifier parmi l’ensemble des caractéristiques celles qui discriminent les jeunes qui présentent ou non un trouble des conduites. » (p. 236)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’échantillon comprend 62 enfants (56 garçons, 6 filles), âgés entre 7 et 12 ans [...], présentant tous un diagnostic de trouble des conduites (groupe TC) selon les critères du DSM-III-R (APA, 1987). [...]
Un groupe comparaison constitué d’enfants qui ne présentaient pas de trouble des conduites (n = 36) a également été recruté dans les mêmes écoles qui recevaient des services en milieu scolaire. » (p. 237)

Instruments :
- L’indice socio-économique (Toupin, 1993);
- le Life Event Checklist (Johnson & McCatcheon 1980);
- le Diagnostic Interview Schedule Self-Administered (DISSA ; Kovess & Fournier, 1990);
- un questionnaire sur la consommation d’alcool des parents;
- le Family Adaptability and Cohesion Scale (Olson et al., 1995);
- le Index of Parental Attitude (Hudson, 1982);
- le Questionnaire sur les comportements et attitudes des parents (QCAP: Bergeron et al. 1992);
- un questionnaire qui évalue le soutien social;
- un questionnaire qui identifie le réseau social de l’enfant;
- le Diagnostic Interview Schedule for Children - 2 - Revised (DISC-2-R : Shaffer et al., 1993).
Type de traitement des données :
Analyse statistique et analyse de contenu

3. Résumé


« Les études contemporaines suggèrent que la plupart des enfants qui manifestent un trouble des conduites présentent également des difficultés personnelles et familiales. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes dont le trouble est précoce. L’identification des caractéristiques personnelles et des facteurs sociaux et familiaux de risque et de protection associés aux difficultés sont d’une grande utilité pour la planification des interventions et l’organisation des services à offrir aux jeunes et aux familles du Québec. En conséquence, les objectifs de cette étude sont d’identitier les facteurs sociaux, familiaux et psychologiques qui caractérisent les enfants présentant un trouble des conduites. Pour y parvenir 62 enfants en traitement, âgés entre 7 et 12 ans et présentant un diagnostic de trouble des conduites sont comparés à 36 enfants du même âge sans trouble des conduites. Les résultats établissent que les enfants ayant un trouble des conduites proviennent de familles moins stables et cohésives, ainsi que d’un niveau socioéconomique plus faible. De plus, les enfants ont un réseau de soutien social moins développé. L’étude révèle également que les parents des enfants qui présentent un trouble des conduites utilisent davantage la punition. Enfin, la recherche démontre que les enfants de ce groupe ont une probabilité beaucoup plus grande de présenter un autre trouble extériorisé (66 %) que les enfants du groupe témoin (8 %). L’ensemble de ces caractéristiques distinctives permet de classifier correctement 93,8 % des enfants de l’étude dans les 2 groupes. Les résultats obtenus indiquent l’intérêt d’améliorer les pratiques éducatives des parents, d’augmenter le réseau social de l’enfant et de réduire les conduites d’opposition et d’inattention chez l’enfant. Enfin, la complexité des difficultés relevées chez les enfants et les familles invitent à une intervention professionnelle concertée. » (p. 232)