Articulation emploi-famille, mesures de conciliation et temps de travail : observations et différences selon le sexe

Articulation emploi-famille, mesures de conciliation et temps de travail : observations et différences selon le sexe

Articulation emploi-famille, mesures de conciliation et temps de travail : observations et différences selon le sexe

Articulation emploi-famille, mesures de conciliation et temps de travail : observations et différences selon le sexes

| Ajouter

Référence bibliographique [4502]

Tremblay, Diane-Gabrielle et Amherdt, Charles-Henri. 2003. Articulation emploi-famille, mesures de conciliation et temps de travail : observations et différences selon le sexe. Montréal: TÉLUQ.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre objectif a été de recueillir de l’information sur les modes de conciliation de l’emploi et de la famille en tenant compte du contexte et du temps de travail. » (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
571 employés ayant la charge d’au moins un enfant ou un adulte (parents ou personnes handicapées)

Instruments :
Questionnaire
Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Dans ce rapport, nous présentons les résultats d’une recherche financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), qui a été réalisée au cours de l’année 2002, en partenariat avec le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). En effet, ce dernier souhaitait obtenir un portrait de la situation au sein des organisations membres du SCFP. Nous avons donc utilisé un questionnaire que nous avions déjà validé dans deux recherches précédentes (Tremblay, 2002; Tremblay et De Sève, 2002; Tremblay et Vaillancourt-Laflamme, 2000), questionnaire s’inspirant par ailleurs des recherches et travaux menés par St-Onge et Guérin (19941). Nous avons convenu avec le SCFP que le questionnaire serait mis en ligne, sur un site web dédié à cette fin et auquel un hyperlien serait attaché avec le site du SCFP. Nous espérions ainsi recueillir plus de réponses que ce [sic] n’aurait été le cas avec un questionnaire postal écrit, ce qui ne s’est malheureusement pas révélé être le cas. En effet, nous avons obtenu 571 réponses [...]. » (pp. 3-4)