Les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel en relation avec la centralité du travail dans l’harmonisation des rôles occupationnel et parental

Les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel en relation avec la centralité du travail dans l’harmonisation des rôles occupationnel et parental

Les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel en relation avec la centralité du travail dans l’harmonisation des rôles occupationnel et parental

Les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel en relation avec la centralité du travail dans l’harmonisation des rôles occupationnel et parentals

| Ajouter

Référence bibliographique [4475]

Verschelden, Martine. 2003. «Les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel en relation avec la centralité du travail dans l’harmonisation des rôles occupationnel et parental». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de la présente étude est de mieux cerner les conditions reliées à l’harmonisation des rôles multiples chez les mères en emploi. »

Questions/Hypothèses :
« Premièrement, les femmes qui concilient travail et maternité diffèrent-elles entre elles selon les étapes de leur vie familiale et selon leur statut socioprofessionnel concernant la centralité du travail? [...]
Deuxièmement, existe-t-il des différences selon les étapes de la vie familiale quant à l’existence des divers types de conflits travail-famille et de surcharge de rôles?
Troisièmement, y a-t-il une relation entre la centralité du travail et les conflits travail-famille?
Les trois hypothèses de recherche découlant de ces questions sont les suivantes :
H1: Il y aura des différences significatives entre les groupes de mères en emploi selon les étapes de la vie familiale et selon le statut socioprofessionnel concernant la centralité du travail. Nous prévoyons que les mères d’enfants plus jeunes et de statut socioprofessionnel moins élevé montreront une centralité du travail plus basse que les autres mères en emploi.
H2: Il y aura des différences significatives entre les groupes de mères en emploi selon les étapes de la vie familiale concernant l’expérience des divers types de conflits travail-famille et de surcharge de rôles. Nous prévoyons que les mères d’enfants plus jeunes rapporteront davantage de conflits entre leur rôle occupationnel et leur rôle parental, ainsi que davantage de sentiment d’épuisement.
H3: Il y aura une corrélation positive entre la centralité du travail et l’intensité des conflits travail-famille. » (p. 56)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Quatre-vingt dix-huit mères ayant des enfants de moins de 18 ans. Ces mères occupent un emploi rémunéré 28h/semaine ou plus et elles vivent en couple.

Instruments :
Questionnaire en cinq sections : harmonisation travail-famille, données concernant la famille, emploi de la participante, occupation du conjoint et informations sociodémographiques.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La conciliation travail-famille représente une réalité sociale incontournable. Une majorité de femmes actives sur le marché du travail assument également une part importante de la fonction parentale. Les avis demeurent partagés concernant les conséquences du cumul des rôles sociaux sur la santé physique et mentale des individus. Une perspective de plus en plus validée souligne la présence simultanée de bénéfices et de coûts reliés à l’articulation des domaines occupationnel et familial, bénéfices et coûts eux-mêmes reliés à de nombreux facteurs individuels, relationnels et environnementaux. Plusieurs études québécoises observent que les femmes qui tentent d’harmoniser leurs responsabilités occupationnelles et familiales expérimentent à des degrés variables des conflits de rôles et de la surcharge. Le but de la présente étude est de mieux cerner les conditions reliées à l’harmonisation des rôles multiples chez les mères en emploi. Nous avons sélectionné trois facteurs qui nous semblaient reliés à la problématique de la conciliation travail-famille, soit l’importance accordée au travail ou centralité du travail, les étapes de la vie familiale et le statut socioprofessionnel. Nous avons par la suite soumis trois hypothèses. La première prévoyait que les mères d’enfants plus jeunes et de niveau de scolarité moins élevé montreraient une centralité du travail moins élevée que les mères d’enfants plus âgés. La deuxième hypothèse suggérait un lien entre les étapes de la vie familiale et l’expérience de conflits de rôles et de surcharge de rôles. La dernière hypothèse proposait une relation entre la centralité du travail et la survenue de conflits travail-famille. L’étude a été réalisée auprès de 98 mères en emploi de la Montérégie et de Montréal, vivant en situation de couple et recrutées sur une base volontaire. Un questionnaire sur l’harmonisation travail-famille a permis de recueillir les données. Les résultats ont montré que la centralité du travail n’est pas reliée aux étapes de la vie familiale ni au statut socioprofessionnel. Par ailleurs, cette étude a trouvé que l’importance accordée au travail était reliée au temps consacré au travail, et que ce comportement d’implication au travail était lui-même plus marqué chez les professionnelles et les travailleuses autonomes. La centralité du travail est également reliée dans une certaine mesure aux conflits travail-famille, et particulièrement à l’interférence du travail dans la vie familiale. Finalement, cette étude suggère que la surcharge de rôles et le sentiment d’épuisement vécus par les participantes sont en lien avec la présence d’enfants en bas âge au sein de la famille, comme le prévoyait la deuxième hypothèse. Cette recherche confirme que l’articulation des rôles multiples féminins comprend un aspect conflictuel et s’avère un exercice quotidien d’autant plus exigeant qu’il y a présence de jeunes enfants au sein de la famille.» (p. iii)