Évaluation du projet Passerelle

Évaluation du projet Passerelle

Évaluation du projet Passerelle

Évaluation du projet Passerelles

| Ajouter

Référence bibliographique [4460]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette démarche d’évaluation fournit l’occasion de poser un regard critique sur la nature des services mis en place, sur leur réponse aux besoins spécifiques des personnes touchées par le projet, sur le fonctionnement des mécanismes de collaboration et de référence entre les organismes et sur les retombées pour la clientèle. » (p. 9)

Questions/Hypothèses :
« Plus spécifiquement, les objectifs poursuivis par l’évaluation sont les suivants :
1) Décrire les caractéristiques des femmes, des enfants et des familles qui reçoivent les services;
2) Décrire la nature des services mis en place pour répondre aux besoins spécifiques des femmes qui ont vécu ou qui vivent des problèmes liés à la consommation d’alcool ou de drogues;
3) Identifier les pratiques et les interventions novatrices mises en place dans le contexte du projet pilote;
4) Décrire et comprendre les modalités de mise en place et de fonctionnement des mécanismes de collaboration et de référence entre les organismes;
5) Estimer les retombées du projet pilote pour réduire les méfaits de la consommation de psychotropes des femmes toxicomanes enceintes et des mères de jeunes enfants;
6) Estimer les autres retombées du projet pilote sur la femme, le nouveau-né et sa famille. » (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Comptes rendus de rencontres et documents produits dans le cadre du projet;
- Dossiers des femmes suivies;
- Intervenants du CLSC et d’organismes concernés ainsi que certains coordonnateurs de services.

Instruments :
- Formulaire de suivi pour les dossiers;
- Guide d’entretien individuel.

Type de traitement des données :
Analyse statistique et analyse de contenu

3. Résumé


« Le projet pilote Passerelle est la première étape de la mise en place, dans la région de Québec, de services dédiés spécifiquement aux femmes toxicomanes enceintes ou mères de jeunes enfants (RRSSS, 1999). Le territoire du CLSC-CHSLD Basse-Ville–Limoilou–Vanier (BVLV) a été retenu pour développer ces services, car, à ce moment, on estimait que chaque année, ce secteur voyait environ 100 femmes ayant des problèmes dus à la consommation d’alcool et de drogues et ayant donné naissance à un bébé (Michaud, 1999).
Le projet pilote a débuté en juin 2000. Il comprend trois volets. Le premier volet permet d’ajouter un suivi de type NÉ-GS [Naître Égaux – Grandir en Santé] aux services de base déjà offerts aux femmes enceintes et aux nouvelles mères qui ont des problèmes liés à la consommation d’alcool ou de drogues ou encore à celles qui ont déjà eu un problème grave lié à la toxicomanie. Pour intensifier les services, NÉ-GS propose qu’une intervenante en périnatalité établisse une relation privilégiée avec la femme et sa famille. Elle assure un suivi global, principalement à domicile, durant la période de la grossesse et pendant les deux premières années de vie de l’enfant. L’objectif du projet pilote est d’adapter ce suivi de périnatalité aux besoins spécifiques des femmes toxicomanes, dans un contexte de services non spécialisés. Le défi est de développer des approches novatrices adaptées à la maternité, et ce, dans une perspective de réduction des méfaits. Cela exige que les intervenantes en périnatalité améliorent leurs habiletés à identifier les personnes qui ont des problèmes relatifs à la consommation d’alcool et de drogues, à évaluer leur motivation au changement et à offrir ensuite des services adaptés aux besoins individuels.
Le deuxième volet, ’la consolidation d’une trajectoire de services’, vise à mettre en place des mécanismes de référence, de consultation et de collaboration ainsi qu’à favoriser la continuité des services offerts par le CLSC, les cliniques de périnatalité et les services d’obstétrique des hôpitaux, le Centre de réadaptation Ubald-Villeneuve, la Direction de la protection de la jeunesse et les organismes communautaires qui sont susceptibles de rejoindre des femmes qui ne fréquentent pas le réseau institutionnel. Le troisième volet consiste en ’l’information, la formation et le perfectionnement continu’ des intervenantes et des intervenants des organismes concernés dans la trajectoire de services. » (pp. 7-8)