Signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte de cancer du sein

Signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte de cancer du sein

Signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte de cancer du sein

Signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte de cancer du seins

| Ajouter

Référence bibliographique [4391]

Carignan, Maryse. 2004. «Signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte de cancer du sein». Mémoire de maîtrise, Montréal (Québec), Université de Montréal, Département des sciences infirmières.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de cette recherche est de décrire, à partir d’une approche phénoménologique, la signification partagée d’être parents quand la mère est atteinte d’un cancer du sein et qu’il y a des enfants de moins de 18 ans à la maison. » (p. 8)

Questions/Hypothèses :
« Comment des pères et des mères qui ont des enfants de moins de 18 ans à la maison vivent-ils ensemble l’expérience d’être parents dans le contexte où la mère est atteinte d’un cancer du sein? » (p. 8)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’étudiante chercheuse a recueilli des données auprès de trois couples dont les conjoints vivaient ensemble, et ce, à l’aide de deux entrevues [non structurées] en profondeur en présence des deux parents. » (p. iii)

Instruments :
Guide d’entrevue

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les statistiques sur le cancer du sein portent à croire que de plus en plus de femmes atteintes âgées de moins de 50 ans ont des enfants de moins de 18 ans à la maison. Les parents, étant responsables des besoins de l’enfant, de sa sécurité, de sa socialisation en plus de développer sa confiance et son estime de soi, risquent d’être perturbés dans leur rôle de parents au cours d’un épisode de maladie. Selon le modèle de soins infirmiers d’Allen (Gottlieb & Rowat, 1987; 1997), l’infirmier(ère) se préoccupe non seulement de la mère atteinte de cancer du sein, mais aussi des parents qui font à la fois face au cancer et à leur responsabilité continue à l’égard de leurs enfants. [...]
En utilisant la méthode de Giorgi, cette étude révèle que les pères et les mères vivent des émotions intenses, réagissent à une menace et voient leur vie bouleversée. Les parents sont habités par leurs enfants et parler du cancer avec eux est difficile; ils cherchent ’les mots pour le dire’. Les parents veulent léguer à leurs enfants une approche face à la vie afin que ceux-ci apprennent de l’expérience de cancer chez la mère. Les pères et les mères se complètent comme parents et conjoints en plus d’apprécier d’être ensemble. L’expérience du cancer peut les amener à apporter des changements au plan individuel, conjugal et familial. » (p. iii)