Séparation et divorce fortement conflictuels et syndrome d’aliénation parentale : lecture théorique et intervention

Séparation et divorce fortement conflictuels et syndrome d’aliénation parentale : lecture théorique et intervention

Séparation et divorce fortement conflictuels et syndrome d’aliénation parentale : lecture théorique et intervention

Séparation et divorce fortement conflictuels et syndrome d’aliénation parentale : lecture théorique et interventions

| Ajouter

Référence bibliographique [4390]

Caron, Céline. 2004. «Séparation et divorce fortement conflictuels et syndrome d’aliénation parentale : lecture théorique et intervention». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et Université de Montréal, Département des sciences et du développement humain et social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objet de ce mémoire vise trois objectifs : acquérir davantage de connaissances théoriques sur les séparations et divorces fortement conflictuels et le syndrome d’aliénation parentale; identifier des critères afin de mieux définir ce qu’on entend par séparation et divorce fortement conflictuels; explorer les raisons qui poussent certains parents à entretenir des relations d’affrontement aiguës post divorce. » (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Six adultes, trois hommes et trois femmes. L’âge moyen se situe à 36 ans. La durée moyenne de la séparation conjugale est de 4 ans et 2 mois.

Instruments :
« Schéma d’entretien semi-dirigé couvrant trois étapes : antécédents familiaux, la séparation ou le divorce et la situation actuelle. » (p. 49)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Depuis quelques années, la reconnaissance des répercussions psychologiques, financières et sociales de la séparation et du divorce ont [sic] entraîné dans son sillon une remise en question du processus de redéfinitions du système familial et de l’adaptation de ses membres à une nouvelle structure de fonctionnement. L’issue la plus souhaitable est celle où la coopération et la collaboration deviennent inscrites dans le déroulement de la réalité quotidienne, pour le meilleur intérêt de l’enfant. Or, l’évolution dans l’adjudication de la garde de l’enfant a fait apparaître une constellation de nouvelles problématiques qui fragilisent les relations coparentales et accentuent les conflits entre les parents divorçant. Après plusieurs années, certains parents se retrouvent coincés dans leur relation. [...] Cette étude exploratoire s’incrit dans une démarche qualitative et utilise des entretiens semi-dirigés pour la cueillette des données. Nous procédons par analyse de contenu le discours de six individus qui se répartissent comme suit : un individu dans le cadre d’un suivi à la direction de la protection de la jeunesse, deux individus faisant parti[e] d’un groupe d’entraide pour personnes séparées ou divorcées dans la même région; enfin, trois individus ayant suivi une psychothérapie individuelle en pratique privée dans la région de Montréal. Les résultats de l’étude reconnaissent certains critères pouvant mieux définir ce qu’on entend par séparation et divorce fortement conflictuels et permettent une meilleure compréhension des raisons qui poussent certains parents à entretenir des relations élevées postrupture » (p. i)