Travail/famille : adapter les milieux de travail aux réalités familiales. Mémoire présenté au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille

Travail/famille : adapter les milieux de travail aux réalités familiales. Mémoire présenté au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille

Travail/famille : adapter les milieux de travail aux réalités familiales. Mémoire présenté au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille

Travail/famille : adapter les milieux de travail aux réalités familiales. Mémoire présenté au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Familles

| Ajouter

Référence bibliographique [4388]

Centrale des syndicats du Québec. 2004. Travail/famille : adapter les milieux de travail aux réalités familiales. Mémoire présenté au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille. Québec: Centrale syndicale du Québec (CSQ).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le présent mémoire cherche à explorer comment le milieu du travail pourrait s’adapter aux exigences familiales, plutôt que l’inverse.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


D’abord, les auteurs du texte relèvent les effets du « travail tentaculaire » sur la vie personnelle des travailleurs et travailleuses, en abordant par exemple les thèmes du temps de travail, des exigences de l’entreprise (comme celle de services et de savoir). Aussi, traitent-ils du travail tentaculaire invisible, c’est-à-dire le travail domestique, majoritairement effectué par les femmes. « La non-reconnaissance de de la valeur du travail domestique conduit à le placer en dehors du champ économique dans le ’hors travail’ et, conséquemment, à renforcer la division sexuelle du temps de travail. » (p. 11). Le document conclut sur une série de recommandations : « [...] il n’y a pas de multiples solutions de rechange, si ce n’est de nous engager comme société dans une stratégie nous permettant d’en finir avec l’impérialisme du travail/emploi sur la vie individuelle. » (p. 13)