La perception de l’importance et du type d’attachement du père et de la mère selon la structure familiale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jean

La perception de l’importance et du type d’attachement du père et de la mère selon la structure familiale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jean

La perception de l’importance et du type d’attachement du père et de la mère selon la structure familiale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jean

La perception de l’importance et du type d’attachement du père et de la mère selon la structure familiale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jeans

| Ajouter

Référence bibliographique [4359]

Côté, Martine. 2004. «La perception de l’importance et du type d’attachement du père et de la mère selon la structure familiale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jean». Mémoire de maîtrise, Chicoutimi (Québec), Université du Québec à Chicoutimi, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude examine la perception que se font les adolescents de leurs relations avec leurs père et mère selon les structures familiales où ils vivent, le sexe de leur parent et le sexe de l’adolescent. » (sommaire)

Questions/Hypothèses :
« [...] La question principale de cette étude est la suivante : Dans le système familial de l’adolescent, comment celui-ci perçoit-il sa relation avec chacun de ses parents, en terme de qualité d’attachement et d’importance relationnelle?
À partir de ce qui précède, il est permis d’élaborer maintenant les hypothèses de recherche suivantes :
1) Les adolescents des deux sexes qui vivent avec leurs parents en situation maritale évaluent leurs parents de façon plus élevée sur la dimension ’soins’ que ceux qui vivent avec leur mère séparée maritalement ou leur père séparé maritalement.
2) Les adolescents de sexe féminin évaluent leurs mères de façon plus élevée sur la dimension ’soins’ que les adolescents de sexe masculin.
3) Les adolescents des deux sexes évaluent leur mère de façon plus élevée sur la dimension ’surprotection’ que leur père.
4) Les adolescents de sexe féminin qui vivent avec leur mère séparée maritalement évaluent celle-ci de façon plus élevée sur la dimension ’surprotection’ que les adolescents de sexe féminin qui vivent avec leurs parents en situation maritale et que les adolescents de sexe masculin qui vivent avec leurs parents en situation maritale ou avec leur mère séparée maritalement.
5) Les adolescents des deux sexes qui vivent avec leurs parents en situation maritale accordent une plus grande importance à leur père que les adolescents des deux sexes qui vivent avec leur mère séparée maritalement alors que les adolescents des deux sexes qui vivent avec leurs parents en situation maritale accordent une moins grande importance à leur mère que les adolescents des deux sexes qui vivent avec leur mère séparée maritalement.
6) Les adolescents de sexe féminin accordent une plus grande importance à la mère que les adolescents de sexe masculin. » (p. 46-47)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
1020 adolescents, âgés de 14 à 19 ans, de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Instruments :
- Questionnaire de Perception de l’Environnement des Personnes (PEP) (Fortier, 1982, 1991, 1994, 1996; Fortier & Parent, 1984);
- Le Parental Bonding Instrument (PBI) (Parker et al.,1979);
- Questionnaire sociodémographique.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« En se penchant sur la perception des soins parentaux, dont les adolescents ont toujours besoin, en approfondissant la notion de surprotection, dont les jeunes cherchent à se dégager, et en déterminant les types, optimal ou non optimal, de l’attachement du parent pour son garçon ou sa fille, il est maintenant possible de mieux saisir ce que vivent les jeunes dans les différentes structures familiales avec leurs parents, quelle importance ceux-ci conservent à leurs yeux et quelles situations sont les plus à risque pour eux. Ainsi, cette recherche apporte sa contribution à un domaine d’étude en croissance et dont on ne peut plus douter de la pertinence. » (p. 135)