La pertinence des politiques familiales municipales comme levier de développement social

La pertinence des politiques familiales municipales comme levier de développement social

La pertinence des politiques familiales municipales comme levier de développement social

La pertinence des politiques familiales municipales comme levier de développement socials

| Ajouter

Référence bibliographique [432]

Tougas, Anne-Marie, Fréchette, Lucie et Lizée, Jacques. 2010. «La pertinence des politiques familiales municipales comme levier de développement social ». Organisations & territoires, vol. 19, no 3, p. 25-32.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de cet article vise à «[…] vérifier comment les municipalités traduisent leurs politiques familiales en actions dans une optique de développement social.» (p. 26)

Questions/Hypothèses :
Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle «[…] la politique familiale municipale, par les mesures qui émergent des plans d’action, contribuent non seulement au développement social des municipalités mais ouvre également une avenue favorable à la participation des citoyens dans leur communauté.» (p. 26)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’analyse repose, en partie, sur «[…] 88 plans d’action de politiques familiales municipales élaborées entre 2006 et 2008 […]». (p. 28)

Type de traitement des données :
Réflexion critique
Analyse de contenu

3. Résumé


«Bien que les politiques familiales municipales fassent partie du paysage municipal québécois depuis plus de deux décennies, l’expérience acquise en la matière demeure relativement récente. Cela pourrait expliquer la tendance des municipalités à répondre d’abord et avant tout aux besoins des familles en offrant de nouvelles ressources, en les rendant accessibles ou en en faisant la promotion. L’ouverture à la participation comme élément indissociable du développement social passe maintenant davantage dans le discours et commence à faire son chemin au sein des plans d’action issus des politiques familiales municipales. On note une tendance dans les municipalités à mettre graduellement en place des mécanismes favorables à un apprivoisement mutuel entre élus et organisations porteuses d’une tradition en ce sens sur leur territoire. Il est certes possible de relever le défi de maximiser la participation des citoyens si on y met le temps et les moyens. Au cours des prochaines années, de nouvelles politiques familiales municipales de deuxième et troisième générations verront le jour, ce qui laisse espérer un espace démocratique marqué par l’accroissement de la participation citoyenne.» (p. 31)