L’estime de soi, un passeport pour la vie

L’estime de soi, un passeport pour la vie

L’estime de soi, un passeport pour la vie

L’estime de soi, un passeport pour la vies

| Ajouter

Référence bibliographique [4305]

Duclos, Germain. 2004. L’estime de soi, un passeport pour la vie. Montréal: Éditions de l’Hôpital Sainte-Justine.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le présent livre s’adresse à tous les adultes qui ont la responsabilité de l’éducation des enfants et qui cherchent à acquérir les attitudes éducatives ainsi que les moyens nécessaires pour guider les enfants dans la voie de l’autonomie et de l’espoir en l’avenir. Il fait le point sur l’état des connaissances actuelles, théoriques et pratiques, relatives au développement de l’estime de soi chez les enfants » (p. 12).

2. Méthode


Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


« L’estime de soi est le plus précieux héritage que les parents peuvent laisser à un enfant. Cet héritage n’est possible que grâce à la relation d’attachement et à des attitudes aimantes. L’enfant qui est sécurisé physiquement et psychologiquement, qui ressent un sentiment de confiance face à la vie, qui se connaît et se confère à lui-même une identité propre, qui ressent vivement un sentiment d’appartenance à sa famille et à un groupe, qui développe ses compétences et prend conscience finalement de sa valeur personnelle, hérite d’un trésor dans lequel il pourra puiser toute sa vie pour affronter les difficultés. Cet héritage constitue le meilleur passeport qu’il puisse détenir pour s’épanouir et grandir constamment. » (pp. 114-115).
« Le premier chapitre traite de l’estime de soi en général et donne une définition de ce concept tout en décrivant le développement de l’estime de soi ainsi que les caractéristiques qui lui sont propres. Le deuxième étudie principalement la composante fondamentale de l’estime de soi, c’est-à-dire le sentiment de confiance. Le troisième s’attarde à la connaissance de soi, le quatrième, au sentiment d’appartenance à un groupe et le cinquième, au sentiment de compétence. » (p. 12)