L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès des malades

L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès des malades

L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès des malades

L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès des maladess

| Ajouter

Référence bibliographique [4261]

Gauvin, Andrée et Régnier, Roger. 2004. L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès des malades. Montréal: Éditions de l’Homme.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Pour cet ouvrage, nous avons choisi de nous référer à une idée humaine — et non théorique — de l’accompagnement, marquant par là notre réticence à enfermer dans un carcan doctrinal l’expérience humaine qu’est d’abord l’accompagnement. » (p. 14)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Trois lignes directrices majeures ont orienté notre démarche.
En premier lieu, quand il est question d’accompagnement en fin de vie, il nous est apparu qu’un groupe particulier d’accompagnants, composé des proches des malades, est souvent peu apprécié voire carrément oublié par les intervenants spécialisés. Ces proches sont des accompagnants de première ligne, sans uniforme et sans titre. » (p. 15)
« En deuxième lieu, l’accompagnement en fin de vie, qu’il soit spécialisé ou non, demeure encore un sujet relativement peu documenté. » (p. 16)
« En troisième et dernier lieu, notre pratique de l’accompagnement s’exerce dans un milieu hospitalier, de concert avec celle des professionnels. C’est sans doute le motif principal des demandes d’éclaircissement ou d’information de la part de certains intervenants ou futurs intervenants. » (p. 17)