La pratique de la psychologie auprès de familles migrantes

La pratique de la psychologie auprès de familles migrantes

La pratique de la psychologie auprès de familles migrantes

La pratique de la psychologie auprès de familles migrantess

| Ajouter

Référence bibliographique [4251]

Gratton, Danielle. 2004. «La pratique de la psychologie auprès de familles migrantes ». Psychologie Québec, vol. 21, no 2, p. 40-43.

Fiche synthèse

1. Objectifs

Intentions :
Présenter le nouveau contexte de la pratique de la psychologie auprès des familles immigrantes.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Recension

3. Résumé


« La rumeur veut qu’à Montréal il y a [sic] ait plus de Nguyen que de Tremblay. J’ai vérifié dans l’annuaire téléphonique et, pour le moment, on y trouve toujours plus de Tremblay (un peu plus de huit pages) que de Nguyen (environ deux pages et demie). Mais si les Nguyen ont plus d’enfants que les Tremblay et que la tendance se maintient, alors les Tremblay risquent effectivement de se trouver un jour minoritaires. Cette rumeur urbaine qui s’attarde à la diminution de l’importance numérique d’un nom typiquement québécois met bien en évidence les changements observés dans le paysage humain du Québec. Une question se pose alors : quels sont les enjeux spécifiques d’une pratique psychologique quand elle se réalise auprès de familles migrantes? Ce texte veut très brièvement explorer cette question à partir de certains écarts culturels qui ont un impact direct sur la pratique. Le regard porté sur cette question s’inscrit dans une expertise développée en relations interculturelles et en ethnopsychiatrie.
Ce nouveau champ de pratique auprès des communautés migrantes se situe à la croisée des chemins de la psychologie et de l’anthropologie. Il faut d’entrée de jeu accepter que la psychologie soit une science peu connue dans certaines communautés. Accepter la relativité de la psychologie n’est toutefois pas évident car jusqu’à maintenant, la plupart d’entre nous avons été formés avec l’idée que la psychologie est universelle. Pourtant, le mot psychologie n’existe pas dans toutes les langues. » (p. 40)