La mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants. Première partie : le contexte théorique

La mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants. Première partie : le contexte théorique

La mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants. Première partie : le contexte théorique

La mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants. Première partie : le contexte théoriques

| Ajouter

Référence bibliographique [4214]

Ladouceur, Carol. 2004. «La mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants. Première partie : le contexte théorique ». Défi jeunesse, vol. 10, no 2, p. 3-7.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Faire une recension des écrits dans l’optique de créer un programme sur la mobilisation du jeune et des parents dans le continuum de services aux jeunes contrevenants.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Recension

3. Résumé


« C’est en tenant compte de l’état d’avancement de ces travaux et de certaines conclusions que s’amorça, à l’automne 2002, une réflexion particulière sur le thème de la mobilisation du jeune et de sa famille comme levier clinique devant transcender l’ensemble de l’offre de service en [sic] jeunes contrevenants. La réflexion actuelle tient compte de deux niveaux d’influence. Un premier niveau, davantage macro, tient au fait que les connaissances autour de l’évaluation et de l’intervention auprès des familles se sont développées. D’abord, des expériences spécifiques ont été tentées à quelques endroits. Ensuite, l’implantation de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) oblige la révision de nos pratiques. Un deuxième niveau, davantage micro, s’explique par les choix de la Direction des services spécialisés et des services aux jeunes contrevenants (DSSSJC) qui affirme certains principes. D’abord, les familles, tout comme les jeunes, n’offrent pas toutes les mêmes caractéristiques; il faut donc réaliser une évaluation différentielle des forces et des limites présentées. Ensuite, l’ouverture à reconnaître et à modifier certains facteurs de risque n’est pas la même pour toutes. Finalement, l’intervention doit s’orienter vers les façons de mobiliser les parents qui tiennent compte de l’état d’esprit dans lequel ils se trouvent. Les développements autour de l’approche MDFT visent particulièrement les stratégies d’engagement. [Dans ce texte, nous allons reprendre] de façon plus spécifique chacun de ces facteurs d’influence. » (p. 3)