Le rôle du père dans la capacité du garçon à gérer son agressivité

Le rôle du père dans la capacité du garçon à gérer son agressivité

Le rôle du père dans la capacité du garçon à gérer son agressivité

Le rôle du père dans la capacité du garçon à gérer son agressivités

| Ajouter

Référence bibliographique [4105]

Paquette, Daniel. 2004. «Le rôle du père dans la capacité du garçon à gérer son agressivité ». Revue de Psychoéducation, vol. 33, no 1, p. 61-73.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Évaluer l’influence du père sur le développement socioaffectif des enfants et l’importance du lien d’attachement entre le père et l’enfant.

Questions/Hypothèses :
« Le père jouerait par le biais de l’autorité ou grâce à sa tendance à être directif durant les jeux, un rôle important dans la socialisation des tendances agressives de ses enfants, en particulier de ses fils, et donc aussi dans leur
capacité à gérer leur agressivité. […] Cela souligne l’importance actuelle de l’autorité du père pour le développement des enfants tout comme il en était autrefois. » (p. 70)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Cet article présente un modèle éthologique pour comprendre l’agressivité et sa régulation. Il est ici postulé que les pères jouent un rôle important dans la socialisation des tendances agressives des enfants d’âge préscolaire, en particulier des garçons qui, en moyenne, ont tendance à être plus agressifs que les filles. Il est proposé que l’autorité paternelle manifestée au quotidien dans la discipline et les jeux physiques permet à l’enfant d’apprendre à contrôler ses émotions agressives. En outre, les jeux de bataille père-enfant faciliteraient le développement d’habiletés relatives à l’affirmation de soi dans les situations compétitives avec les pairs sans agression physique. Ce rôle du père s’inscrirait dans la fonction paternelle de l’ouverture au monde qui favoriserait l’attachement au père axé sur la stimulation de l’enfant (relation d’activation) plutôt que sur l’apaisement. » (p. 61)