La naissance au Québec à l’aube du troisième millénaire : De quelle humanisation parle-t-on?

La naissance au Québec à l’aube du troisième millénaire : De quelle humanisation parle-t-on?

La naissance au Québec à l’aube du troisième millénaire : De quelle humanisation parle-t-on?

La naissance au Québec à l’aube du troisième millénaire : De quelle humanisation parle-t-on?s

| Ajouter

Référence bibliographique [3977]

Vadeboncoeur, Hélène. 2004. «La naissance au Québec à l’aube du troisième millénaire : De quelle humanisation parle-t-on?». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département des sciences humaines appliquées.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette thèse a donc comme objectif d’examiner comment, au tournant du millénaire, les Québécoises mettent leur bébé au monde, en regard du mouvement d’humanisation de la naissance ayant coloré le dernier quart du XXe siècle. » (p. 5)

Questions/Hypothèses :
« Je retiens donc les questions suivantes, auxquelles mon étude tentera de répondre :
- Comment se déroule un accouchement en centre hospitalier au Québec, en l’an 2000?
- Comment les femmes en travail sont-elles traitées par les intervenants-e-s?
- Jusqu’où est-on allé dans les établissements québécois en ce qui concerne l’humanisation de la naissance réclamée par des femmes et des groupes de femmes au début des années 80?
- Comment les contextes structurel et culturel entourant les pratiques obstétricales permettent-ils de mieux comprendre les comportements des intervenants-e-s pendant un accouchement ainsi que les réactions des femmes? » (page non disponible)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données sont ramassées par le biais d’une étude ethnographique menée en 2000 et 2001, d’observations générales au département d’obstétrique, de 14 observations d’accouchement peu structurées, de 30 entrevues individuelles semi-structurées avec des intervenant-e-s du milieu (4 médecins, 15 infirmières) des femmes observées et leurs accompagnantes (11) et d’une entrevue de groupe avec neuf accompagnantes.

Instruments :
- Journal de notes-échantillon;
- Journal de bord;
- Guide d’entretien;
- Guide d’entretien de groupe;
- Grille d’observation.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Mettre un enfant au monde en centre hospitalier va de soi, dans nos sociétés dites développées. Au Québec, il y a vingt-cinq ans, alors que plus de 99 % des femmes accouchaient en centre hospitalier, quelques femmes mettaient leur enfant au monde à leur domicile, assistées d’amies qui devinrent sages-femmes. Ce chemin différent a fait partie d’un mouvement de remise en question des pratiques obstétricales qui prit son envol lors d’un colloque multirégional, ’Accoucher ou se faire accoucher’ Ce colloque attira en 1979 et 1980 près de 10 000 personnes, femmes et hommes, qui réclamèrent des changements importants dans les conditions entourant la naissance de leurs enfants. » (p. iii)
Ce mouvement de remise en question a engendré plusieurs questionnements et l’auteure de cette thèse tente d’évaluer l’impact de ceux-ci vingt-cinq ans plus tard et de noter l’évolution de la naissance au Québec. « Les résultats de l’étude révèlent que, dans ce site aux pratiques progressistes, l’humanisation revêt les sens suivants : en réponse à certaines demandes des femmes, l’accouchement a été humanisé et rendu à la famille. Les femmes en travail ne sont plus déplacées d’une salle de travail à une salle d’accouchement, puis à leur chambre. Une chambre leur est assignée pendant tout le séjour. [...] Ces femmes sont généralement positives relativement à leur accouchement, même si certaines n’ont pas nécessairement apprécié tout ce qui s’est passé.
Les résultats de l’étude révèlent aussi que la naissance demeure, paradoxalement dans ce centre hospitalier progressiste, un événement médiatisé, où des femmes en travail ont de la difficulté à exercer leur autonomie, sauf en ce qui a trait au choix de la méthode de soulagement des douleurs de l’enfantement. [...] Le respect des femmes qui donnent naissance, au cœur de l’humanisation de cet événement, demeure partiel et conditionnel. Si les femmes sont traitées avec attention et gentillesse, le processus de l’accouchement et le caractère psychologique de cet événement sont peu respectés. » (p. iv)