Étude exploratoire des pratiques et des perceptions d’experts montréalais en matière de garde et de droits d’accès

Étude exploratoire des pratiques et des perceptions d’experts montréalais en matière de garde et de droits d’accès

Étude exploratoire des pratiques et des perceptions d’experts montréalais en matière de garde et de droits d’accès

Étude exploratoire des pratiques et des perceptions d’experts montréalais en matière de garde et de droits d’accèss

| Ajouter

Référence bibliographique [3975]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
La présente contribution s’attarde à la place qu’occupe l’expert psychojuridique dans le contexte de litiges, dans le cadre de ruptures impliquant des enfants.

Questions/Hypothèses :
« Ces diverses informations nous permettent de dire que l’expert joue un rôle clé dans le processus du traitement judiciaire d’un litige qui concerne la garde et les droits d’accès. Or, à notre connaissance, aucune recherche québécoise ne s’est penchée à ce jour sur le rôle de l’expert, sa formation, sa perception du mandat qui lui est confié, la façon dont il l’exécute ou la vision qu’il a de son rôle dans le processus judiciaire. La présente étude tente d’éclaircir cette question, fût-ce de façon modeste. » (p. 123)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
11 experts (psychologues et travailleurs sociaux) de la région de Montréal

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les auteurs ont mené une étude auprès de onze experts psychojuridiques de la région de Montréal afin de recueillir de l’information sur leur formation, leur perception du mandat qui leur est confié, la façon dont ils remplissent ce mandat, la vision qu’ils ont de leur rôle dans le processus judiciaire. Les résultats montrent que les onze experts présentent une diversité d’opinions quant à la base heuristique de leur pratique et, de là, quant aux modalités de l’exécution de leur mandat. Il est également particulier de constater que les experts conçoivent l’expertise autant et même davantage comme une entreprise clinique plutôt qu’investigatrice. » (p. 135)