Perinatal Complications in Children with Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and their Unaffected Siblings

Perinatal Complications in Children with Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and their Unaffected Siblings

Perinatal Complications in Children with Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and their Unaffected Siblings

Perinatal Complications in Children with Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and their Unaffected Siblingss

| Ajouter

Référence bibliographique [3922]

Ben Amor, Leila, Grizenko, Natalie, Schwartz, George, Lageix, Philippe, Baron, Chantal, Ter Stepanian, Marina, Zappitelli, Michael, Mbekou, Valentin et Joober, Ridha. 2005. «Perinatal Complications in Children with Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and their Unaffected Siblings ». Journal of Psychiatry and Neuroscience, vol. 30, no 2, p. 120-126.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« On a incriminé fortement des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux non partagés (vécus par un membre de la famille seulement) dans les causes du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA). On a souvent établi un lien entre la grossesse, le travail et l’accouchement, et les complications néonatales (GTACN) et le THADA, mais on n’a fait rapport d’aucune étude visant à définir la nature partagée ou non partagée de ces facteurs. Nous voulions déterminer les éléments des facteurs GTACN les plus susceptibles de ne pas être partagés. » (p. 120)

Questions/Hypothèses :
« More specifically, we hypothesized that some of the PLDNC [GTACN], which are often reported to be associated with ADHD [THADA], may represent shared environmental factors, whereas some other PLDNC may represent nonshared (specific to the affected child) environmental factors with different potential roles in increasing the risk for ADHD within families. To distinguish between shared and nonshared PLDNC factors, we first compared children with ADHD with their unaffected siblings with regard to PLDNC. Second, PLDNC that are significantly more common in children with ADHD than in siblings were studied with regard to the severity of ADHD symptoms, on the basis of the assumption that these factors may be correlated with the expression of ADHD. » (p. 122)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« On a recruté des enfants [âgés de 6 à 12 ans] atteints du THADA à partir du programme de traitement de jour en service externe de la Division de pédopsychiatrie de l’Hôpital Douglas à Montréal. On a utilisé comme témoin le frère ou la sœur non touchés qui avaient l’âge le plus proche de celui de l’enfant atteint du THADA. On a évalué les antécédents des facteurs GTACN au moyen du questionnaire médical et gynécologique de Kinney et de l’échelle McNeil-Sjöstrom à la fois chez les enfants atteints du THADA et chez leurs frère ou sœur. Soixante-dix enfants atteints du THADA et 50 de leurs frères ou soeurs non atteints ont consenti à participer à l’étude. » (pp. 120-121)

Instruments :
« Nous avons procédé à une étude intrafamiliale et comparé les antécédents de GTACN entre enfants chez lesquels on a diagnostiqué un THADA, en fonction des critères de la quatrième édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-IV), et des frères et sœurs non touchés. Pour mesurer les symptômes de THADA chez les enfants atteints, on a utilisé aussi les résultats de la liste de vérification des comportements des enfants (Child Behavior Checklist), du test de rendement continu (Continuous Performance Test) et de l’échelle des situations scolaires restreintes (Restricted Academic Situation Scale). » (pp. 120-121)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les enfants atteints du THADA avaient eu beaucoup plus de complications néonatales que leurs sœurs ou frères non atteints (F4,196 = 3,67, p < 0,006). On a de plus établi un lien entre les complications néonatales chez les enfants atteints du THADA et de plus mauvais résultats totaux et externalisants à la liste de vérification ainsi que des résultats plus faibles au test de rendement. Ces résultats indiquent que les complications néonatales constituent probablement un facteur de risque environnemental non partagé qui peut être pathogène chez les enfants atteints du THADA. » (p. 121)