Tous pareils, les pères? Le rapport à la paternité peut-il expliquer le rapport au temps des pères?

Tous pareils, les pères? Le rapport à la paternité peut-il expliquer le rapport au temps des pères?

Tous pareils, les pères? Le rapport à la paternité peut-il expliquer le rapport au temps des pères?

Tous pareils, les pères? Le rapport à la paternité peut-il expliquer le rapport au temps des pères?s

| Ajouter

Référence bibliographique [3921]

Benoit, Amélie. 2005. «Tous pareils, les pères? Le rapport à la paternité peut-il expliquer le rapport au temps des pères? ». Lien social et Politiques, no 54, p. 25-37.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Comprendre l’usage du temps des pères en s’intéressant à leur situation professionnelle et personnelle.

Questions/Hypothèses :
« En somme, on le voit bien, les hommes et les femmes, et plus particulièrement les pères et les mères, utilisent le temps de façon bien différente. Le genre semble être un facteur qui détermine en partie l’usage du temps des
parents, tout comme les rôles parentaux semblent orienter l’usage qu’ils font du temps. » (p. 26)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Entretiens semi-directifs avec 29 pères dont 21 ont un diplôme universitaire; 20 sur 29 gagnent au moins 60 000 $ par année; 20 sur 29 vivent dans une famille biparentale intacte, 6 sur 29 dans une famille recomposée. 22 des 29 pères ont un ou deux enfants, 6 en ont trois et 1 en a quatre. Ces pères occupent des postes à temps plein liés au secteur informatique.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« En somme, les résultats de l’étude qui fait l’objet de cet article m’amènent à conclure à l’existence de liens entre le rapport des pères à la paternité — la façon dont ils perçoivent leur rôle de père — et leur rapport au temps, c’est-à-dire leurs choix d’allocation du temps. Ainsi, les pères soucieux d’établir une relation significative avec leurs enfants prendront davantage de responsabilités familiales, qui rythmeront leurs journées de travail et leur donneront beaucoup d’occasions d’être auprès de leurs enfants et de bâtir une relation de proximité avec eux. Les pères qui se conçoivent d’abord comme des pourvoyeurs investiront leur temps prioritairement dans le travail. Et les pères qui vivent des déchirements entre le travail et la famille consacreront à leur famille le temps dont ils disposent en tâchant de se rattraper par moments. Les choix d’allocation du temps des pères sont donc en partie dictés par leur conception des rôles parentaux. Cependant, le rapport à la paternité n’est pas le seul facteur à prendre en considération dans la formation du rapport au temps des pères. On l’a dit, les milieux de travail, par la pression qu’ils exercent, par les demandes qu’ils formulent, par le soutien qu’ils rapportent ou non, etc., contribuent à orienter les choix d’allocation du temps des parents. » (p. 35)