Étude de prévalence de l’utilisation de la contraception chez les femmes qui se présentent pour une interruption volontaire de grossesse

Étude de prévalence de l’utilisation de la contraception chez les femmes qui se présentent pour une interruption volontaire de grossesse

Étude de prévalence de l’utilisation de la contraception chez les femmes qui se présentent pour une interruption volontaire de grossesse

Étude de prévalence de l’utilisation de la contraception chez les femmes qui se présentent pour une interruption volontaire de grossesses

| Ajouter

Référence bibliographique [3915]

Bérubé, Jocelyn et Gagnon, Marie-Christine. 2005. Étude de prévalence de l’utilisation de la contraception chez les femmes qui se présentent pour une interruption volontaire de grossesse. Rimouski (Québec): Centre régional de santé et de services sociaux de Rimouski, Clinique de planification des naissances.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Les objectifs poursuivis par cette étude sont :
1. D’évaluer la prévalence de l’utilisation de la contraception chez toutes les femmes qui se présentent pour un avortement à la clinique de planning du CRSSSR;
2. D’analyser les causes d’échec à la contraception;
3. De connaître les raisons de la non-utilisation de la contraception, le cas échéant. » (p. 5)

Questions/Hypothèses :
« Cette étude est basée sur l’hypothèse que la contraception, chez les femmes en âge de procréer, est sous-utilisée et que les grossesses non planifiées sont beaucoup plus en relation avec les attitudes des femmes et des couples face à la contraception, plutôt qu’à l’efficacité des méthodes elles-mêmes. » (p. 5) « Nous croyons également qu’il existe dans la région du Bas-St-Laurent une accessibilité limitée à la contraception. » (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
136 « [...] femmes qui se présentaient pour un avortement à la clinique de planning du CRSSSR ». (p. 6)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Ce rapport porte sur la prévalence de l’utilisation de la contraception, ses causes et les raisons de la non-utilisation de la contraception.
Les résultats démontrent que « [...] la non-utilisation d’un moyen contraceptif demeure la première cause d’échec à la contraception, et ce, dans tous les groupes d’âge. Les raisons les plus souvent évoquées par les femmes sont la prise d’un risque ou l’assurance de ne pas devenir enceinte durant cette période. [...]
Les méthodes contraceptives les plus populaires sont le condom et la prise d’un contraceptif oral. L’utilisation des méthodes dites naturelles telles ogino ou du calendrier sont encore très utilisées et l’on observe une combinaison de ces méthodes avec le condom. Leur mauvaise utilisation et l’observance de celles-ci sont des facteurs déterminants pour une grossesse non planifiée. De plus, l’utilisation du condom se fait sporadiquement tandis que la contraception d’urgence demeure sous-utilisée malgré son accessibilité augmentée depuis 2004. » (p. 23)