Travail, transformations sociales et alimentation des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996

Travail, transformations sociales et alimentation des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996

Travail, transformations sociales et alimentation des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996

Travail, transformations sociales et alimentation des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996s

| Ajouter

Référence bibliographique [3905]

Boivin, Nathalie. 2005. «Travail, transformations sociales et alimentation des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, Département des sciences de l’agriculture et de l’alimentation.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Adoptant une approche inspirée du Modèle de promotion de la santé de la population, ce travail de recherche a été effectué afin d’analyser l’influence des déterminants tels que le revenu, l’emploi et la structure familiale sur les dépenses alimentaires des familles canadiennes pour la période allant de 1982 à 1996. » (p. ii)

Question/Hypothèses :
« L’hypothèse 1 est la suivante :
Depuis le début des années 1980, les dépenses alimentaires des familles canadiennes aux revenus supérieurs ont proportionnellement augmenté davantage que celles des familles aux revenus inférieurs. […]
L’hypothèse 2 est la suivante :
La réduction du pouvoir d’achat des familles depuis le début des années quatre-vingts a affecté plus négativement les dépenses alimentaires des familles monoparentales que celles des autres types de familles. […]
L’hypothèse 3 est la suivante :
Pour chacune des années étudiées, la relation entre la structure familiale et les achats alimentaires est médiée par le statut professionnel de la femme. Cette influence s’accentue au fil des ans. […]
L’hypothèse 4 est la suivante :
Les achats de fruits et de légumes sont négativement affectés par le travail des femmes, principalement dans les familles monoparentales où la femme travaille à temps partiel. Cet effet s’accentue au fil des ans. […]
L’hypothèse 5 est la suivante :
Le revenu exerce une plus forte influence que le type de familles ou l’emploi de la femme sur les dépenses alimentaires des familles et ce, tout au cours de la période étudiée. » (pp. 180-183)

2. Méthode


Types de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette analyse permet de révéler un accroissement des inégalités en matière d’alimentation des familles. Des trois déterminants à l’étude, le revenu exerce l’influence la plus forte sur les dépenses alimentaires totales, les dépenses totales au restaurant ainsi que les dépenses par personne au magasin, pour les familles canadiennes. La structure familiale exerce l’influence la plus grande sur les choix posés pour l’achat d’aliments par les familles. L’influence du travail de la femme sur les dépenses alimentaires des familles est médiée par la structure familiale. Chaque type de structure familiale présente un pattern qui lui est propre. Ces résultats invitent les intervenants de santé publique à revoir leurs cibles d’intervention. » (résumé)