La transmission intergénérationnelle des savoirs dans la communauté innue de Mashteuiatsh : les savoir-faire et les savoir-être au cœur des relations entre les Pekuakamiulnuatsh

La transmission intergénérationnelle des savoirs dans la communauté innue de Mashteuiatsh : les savoir-faire et les savoir-être au cœur des relations entre les Pekuakamiulnuatsh

La transmission intergénérationnelle des savoirs dans la communauté innue de Mashteuiatsh : les savoir-faire et les savoir-être au cœur des relations entre les Pekuakamiulnuatsh

La transmission intergénérationnelle des savoirs dans la communauté innue de Mashteuiatsh : les savoir-faire et les savoir-être au cœur des relations entre les Pekuakamiulnuatshs

| Ajouter

Référence bibliographique [3902]

Boucher, Nathalie. 2005. «La transmission intergénérationnelle des savoirs dans la communauté innue de Mashteuiatsh : les savoir-faire et les savoir-être au cœur des relations entre les Pekuakamiulnuatsh». Mémoire de maîtrise, Sainte-Foy (Québec), Université Laval, Département d’anthropologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le principal objectif du présent mémoire est donc la description des différents processus de transmission des savoirs traditionnels favorisés par trois générations de Pekuakamiulnuatsh - aînées, adultes, jeunes -. » (p. 32)

Question :
« Quels sont les moyens privilégiés par les Pekuakamiulnuatsh (en tant que membres de différentes générations, différents groupes sociaux et d’institutions de Mashteuiatsh) pour la transmission de l’héritage culturel? » (pp. 31-32)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
La communauté de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, où vivent les Pekuakamiulnuatsh, membres de la nation innue.
L’auteure a recueilli ces données lors d’une enquête de terrain totalisant quatre mois.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Le mémoire porte sur l’identification des moyens utilisés et favorisés par les différentes générations de femmes et d’hommes pekuakamiulnuatsh pour transmettre leurs savoirs aux autres générations. On remarque que les rôles attribués à la transmission des savoirs varient en fonction de l’âge de la personne qui transmet et de celle qui reçoit. Les rôles varient également selon la sphère dans laquelle cette transmission est faite. En effet, on privilégie davantage la tradition orale dans la sphère privée, c’est-à-dire dans la famille, alors que l’écrit est fortement utilisé dans la sphère publique, comme à l’école. L’utilisation dynamique des modes de transmission occidentaux et autochtones est nécessaire pour assurer le partage des savoirs et de leurs pratiques dans cette communauté très hétérogène. Elle renforce également l’identité innue et rassemble la communauté vers les mêmes projets politiques et culturels. » (résumé, p. ii)