Des politiques temporelles au Québec : une greffe possible en milieu municipal?

Des politiques temporelles au Québec : une greffe possible en milieu municipal?

Des politiques temporelles au Québec : une greffe possible en milieu municipal?

Des politiques temporelles au Québec : une greffe possible en milieu municipal?s

| Ajouter

Référence bibliographique [3892]

Brais, Nicole. 2005. «Des politiques temporelles au Québec : une greffe possible en milieu municipal? ». Lien social et Politiques, no 54, p. 135-150.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Suggérer des pistes pour expliquer le décalage entre les politiques municipales favorisant la conciliation travail-famille du Québec et celles de l’Europe.

Questions/Hypothèses :
« [P]eut-on penser que, malgré ces apparences, la réorganisation spatiale et temporelle des villes pour les besoins des parents travailleurs constitue un enjeu social suffisamment campé au Québec pour que les élues et élus locaux répondent à l’invitation qui leur est faite? Les instances locales et régionales, mais plus précisément les municipalités, ont-elles à ce jour manifesté certaines sensibilités à cet égard? » (p. 135)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


« Les deux premières sections de cet article servent de mise en contexte : la première rappelle brièvement les conditions d’émergence des politiques temporelles en Europe et les actions qui en découlent tandis que la seconde présente, pour le Québec, les évolutions récentes dans les secteurs de l’emploi (des femmes, principalement), des programmes de soutien aux parents travailleurs et des services commerciaux. Les trois sections suivantes analysent : le degré de pénétration de la réflexion sur une action locale en faveur des temps en considérant deux mouvements sociaux, celui des femmes et celui des familles; la réceptivité des municipalités à cet égard sur la base de leurs politiques familiales; et enfin, les limites des pouvoirs municipaux à partir de l’exemple des heures d’ouverture de commerces, un débat qui a animé le Québec à l’automne 2004. La conclusion suggère quelques conditions jugées nécessaires pour permettre aux villes québécoises de se mettre à l’heure des femmes et des familles. » (pp. 135-136)