Les parents et le groupe de pairs comme sources potentielles de soutien social lors de la transition scolaire primaire-secondaire

Les parents et le groupe de pairs comme sources potentielles de soutien social lors de la transition scolaire primaire-secondaire

Les parents et le groupe de pairs comme sources potentielles de soutien social lors de la transition scolaire primaire-secondaire

Les parents et le groupe de pairs comme sources potentielles de soutien social lors de la transition scolaire primaire-secondaires

| Ajouter

Référence bibliographique [3877]

Cantin, Stéphane et Boivin, Michel. 2005. «Les parents et le groupe de pairs comme sources potentielles de soutien social lors de la transition scolaire primaire-secondaire ». Revue de Psychoéducation, vol. 34, no 1, p. 1-19.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Mettre en évidence la contribution des parents, des camarades d’école et de ceux fréquentés à l’extérieur du milieu scolaire comme sources potentielles de soutien social au moment de la transition scolaire primaire-secondaire. » (p. 1) et « [é]valuer comment le réseau social, par sa structure, sa qualité et les différentes formes de soutien qu’il procure, peut favoriser l’ajustement personnel des élèves lors du passage à l’école secondaire. » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
200 élèves de sixième année du primaire, 104 filles et 96 garçons. Âge moyen à l’entrée au secondaire : 12,5 ans.

Instruments :
Deux questionnaires, remplis à quatre reprises, à domicile :
a) Self-Perception Profile for Children (L’évaluation du profil de perceptions de soi des élèves), de Harter (1985)
b) L’inventaire du réseau de soutien social des élèves, adaptation de l’Arizona Social Support Interview Schedule, de Barrera, Sandler et Ramsey (1981)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats indiquent que le groupe de pairs et les parents sont susceptibles d’influencer de manière différenciée le développement des perceptions de soi au début de l’adolescence. L’association entre les mesures de réseaux et les perceptions de soi des élèves s’avère plus importante lors de la première année du secondaire, c’est-à-dire au moment même où les ressources adaptatives des élèves sont susceptibles d’être le plus fortement sollicitées. Contrairement à ce qui était attendu, l’aspect fonctionnel et la qualité des relations de soutien ne sont pas associés aux changements observés sur le profil de perceptions de soi en période de transition. Seule la structure des réseaux permet de rendre compte des changements observés. » (p. 1)