Les mauvais traitements physiques et psychologiques envers les enfants

Les mauvais traitements physiques et psychologiques envers les enfants

Les mauvais traitements physiques et psychologiques envers les enfants

Les mauvais traitements physiques et psychologiques envers les enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [3867]

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP). 2005. Les mauvais traitements physiques et psychologiques envers les enfants. Montréal: Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le présent document a pour objectif de faire un tour d’horizon des connaissances scientifiques qui concernent les mauvais traitements physiques et psychologiques infligés aux enfants. Il s’attarde plus particulièrement à la définition, aux conséquences et aux facteurs associés à ces mauvais traitements ainsi qu’à leur détection précoce. » (p. 1)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Recension d’écrits

3. Résumé


« Il faut rappeler que, selon l’Étude sur l’incidence et les caractéristiques des situations d’abus, de négligence, d’abandon et de troubles de comportement sérieux signalées à la Direction de la protection de la jeunesse du Québec (ÉIQ) (Tourigny et al., 2002), le taux annuel de cas d’enfants de 0 à 5 ans signalés à la Direction de la protection de la jeunesse est de 4,5/1 000 en ce qui concerne les abus physiques, et de 4,9/1 000 pour les abus psychologiques. C’est dire que les jeunes enfants sont nombreux à vivre ces formes de violence exercées envers eux. Plusieurs facteurs de risque et de protection au niveau sociétal, environnemental et individuel ont été identifiés pour tenter de cerner le phénomène complexe de la maltraitance envers les enfants. De nombreuses études ont démontré par ailleurs que ces abus peuvent avoir des conséquences sérieuses au niveau physique, émotif, comportemental, cognitif et neurologique, d’où l’importance de dépister le plus rapidement possible ces mauvais traitements. Concernant la prévention, les initiatives prometteuses doivent être encouragées et jumelées à des recherches évaluatives de façon à identifier les programmes de prévention et les interventions précoces les plus efficaces. » (p. 31)