Pratiques parentales et comportements délinquants auprès d’adolescents haïtiens et québécois vivant à Montréal

Pratiques parentales et comportements délinquants auprès d’adolescents haïtiens et québécois vivant à Montréal

Pratiques parentales et comportements délinquants auprès d’adolescents haïtiens et québécois vivant à Montréal

Pratiques parentales et comportements délinquants auprès d’adolescents haïtiens et québécois vivant à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [3851]

Clermont, Marjory. 2005. «Pratiques parentales et comportements délinquants auprès d’adolescents haïtiens et québécois vivant à Montréal». Thèse de doctorat, Montréal (Québec), Université de Montréal , Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de cette thèse est d’examiner les prédicteurs de la délinquance au niveau des pratiques parentales selon la perception des adolescents ainsi que les comportements délinquants autorapportés.

Hypothèses :
« 1) La première hypothèse porte sur le rôle de l’origine ethnique sur les comportements délinquants. Une absence de différence est attendue quant à la fréquence des comportements délinquants auprès des ethnies haïtiennes et québécoises.
2) Les hypothèses suivantes portent sur le rôle de l’origine ethnique sur les pratiques parentales.
H2 - a) Il est attendu que les adolescents haïtiens perçoivent leurs parents comme étant plus contrôlant (sic) que les adolescents québécois.
H2 - b) Il est attendu que les adolescents haïtiens perçoivent leurs parents comme étant plus chaleureux que les adolescents québécois. » (p. 44)

2. Méthode


Échantillon :
312 adolescents, 193 Québécois, 119 Haïtiens

Instruments :
- Questionnaire réalisé par l’équipe de Michel Claes à l’Université de Montréal;
- Questionnaire de délinquance autorévélée qui s’inspire du questionnaire de Fréchette et Leblanc (1979).

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les pratiques parentales diffèrent selon les ethnies : les parents haïtiens sont perçus comme plus contrôlants et coercitifs. Des différences émergent également au niveau de l’âge, du genre et de la structure familiale des adolescents. La valeur prédictive des pratiques parentales sur la délinquance varie selon l’ethnie. Globalement, le style de sanction coercitif a un effet prédicteur sur la délinquance pour les mères haïtiennes, alors que chez les Québécoises ce sont plutôt le rejet et la tolérance qui ont un effet prédicteur sur la délinquance. Il ressort qu’aucune des pratiques paternelles ne prédit les comportements délinquants chez les adolescents haïtiens, alors que la tolérance des pères se révèle un prédicteur de délinquance auprès des adolescents québécois. » (résumé, p. iii)