La violence exercée par des femmes : l’expérience et les pratiques des intervenantes travaillant auprès de femmes dans un cadre communautaire

La violence exercée par des femmes : l’expérience et les pratiques des intervenantes travaillant auprès de femmes dans un cadre communautaire

La violence exercée par des femmes : l’expérience et les pratiques des intervenantes travaillant auprès de femmes dans un cadre communautaire

La violence exercée par des femmes : l’expérience et les pratiques des intervenantes travaillant auprès de femmes dans un cadre communautaires

| Ajouter

Référence bibliographique [3836]

Damant, Dominique, Guay, Françoise, Cantin, Solange, Thibault, Sylvie et Shaw, Margaret. 2005. La violence exercée par des femmes : l’expérience et les pratiques des intervenantes travaillant auprès de femmes dans un cadre communautaire. Montréal: CRI-VIFF.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Étudier les représentations sociales de la violence des femmes chez des intervenantes travaillant auprès de femmes dans différents milieux de pratique. Plus spécifiquement, nous avons visé : 1) à décrire les caractéristiques des situations identifiées par les intervenantes comme des situations où des femmes ont exercé de la violence; 2) explorer les pratiques d’intervention dans ces situations décrites par ces intervenantes; 3) retracer dans le discours des intervenantes sur ces situations et sur ces pratiques, leurs représentations implicites de la violence; et 4) mettre en lien ces représentations avec des schèmes préexistants et identifier, s’il y a lieu, des représentations émergentes de la violence exercée par des femmes. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La population à l’étude est composée d’intervenantes qui travaillent dans des organismes communautaires venant en aide à des femmes. » (p. 3) « Trente entretiens ouverts, d’une durée de deux heures et demie chacun, ont ainsi été réalisés avec des intervenantes travaillant auprès des femmes en milieu communautaire dans différents milieux de pratique. Il s’agissait d’intervenantes provenant de maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, de maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence ou femmes en difficulté, de maison à court terme, moyen terme ou de centre pour femmes seules en difficulté, de maisons de transition pour femmes judiciarisées, de centres de femmes, de centres d’aide pour femmes victimes d’agression sexuelle, ou de programme pour femmes violentes; quatre intervenantes travaillant plus spécifiquement auprès des mères et des enfants en maison d’hébergement ont également été interviewées. » (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’observation des situations dont les répondantes nous ont fait part dans les entretiens laisse entrevoir des représentations différenciées de la violence des femmes selon les milieux de pratique et, en partie, selon les cibles de la violence [intervenantes, résidentes, enfants, conjoints]. On peut retracer ces représentations tant dans l’identification des situations de violence, dans les explications fournies ou non par les répondantes que dans l’intervention décrite [...]. Pour les intervenantes de maisons qui accueillent strictement des femmes victimes de violence, de centres de femmes ou de centres d’aide, des manifestations de violence de la part des femmes sont exceptionnelles et souvent surprenantes. Par contre, les répondantes qui travaillent auprès des femmes en difficulté, ou avec des femmes judiciarisées, paraissent un peu plus familières avec ces situations; elles ont pu développer des façons d’agir pour éviter, pour stopper ou pour intervenir dans de telles situations. Il semble que ce soit aussi le cas de certaines répondantes de maison pour femmes victimes de violence ou en difficulté, ou de centre de femmes, dont certaines décrivent une intervention avec ces femmes. C’est tout particulièrement le cas des répondantes qui interviennent plus spécifiquement auprès des mères en maison d’hébergement et qui peuvent être en contact avec des situations de mauvais traitements à l’endroit des enfants de la part des mères. Ces répondantes font état de représentations différenciées de la violence et ont, semble-t-il, développé une intervention pertinente auprès de ces femmes. » (pp. 14-15)