Étude sur la grossesse et la contraception chez les jeunes filles de la rue : rapport sur les groupes de discussion

Étude sur la grossesse et la contraception chez les jeunes filles de la rue : rapport sur les groupes de discussion

Étude sur la grossesse et la contraception chez les jeunes filles de la rue : rapport sur les groupes de discussion

Étude sur la grossesse et la contraception chez les jeunes filles de la rue : rapport sur les groupes de discussions

| Ajouter

Référence bibliographique [3713]

Haley, Nancy, Denis, Véronique et Roy, Élise. 2005. Étude sur la grossesse et la contraception chez les jeunes filles de la rue : rapport sur les groupes de discussion. Montréal (Québec): Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux Montréal, Santé publique, Secteur vigie et protection.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de cette étude était d’explorer la signification de la grossesse chez les jeunes filles de la rue ainsi que la place de la contraception dans le contexte particulier de la rue. Plus spécifiquement, nous voulions :
1) Explorer le sens de la grossesse pour les jeunes filles dans le contexte de la rue;
2) Explorer l’importance de la contraception dans le vécu des jeunes filles de la rue;
3) Décrire les stratégies particulières qu’utilisent les jeunes filles de la rue pour éviter la grossesse et décrire leurs connaissances et attitudes en regard de la contraception;
4) Identifier les facteurs aidant ou contraignant la contraception dans le contexte de la rue;
5) Décrire l’utilisation par les jeunes filles des services reliés à la contraception et à la grossesse ainsi que leurs connaissances, attitudes et barrières en regard de ces services. » (p.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
34 jeunes filles de la rue de Montréal, en banlieue ou dans d’autres villes québécoises, âgées de 16 à 22 ans

Instruments :
Guide d’entretien de groupe

Type de traitement des données :
Analyse statistique et analyse de contenu

3. Résumé


« Alors que les jeunes filles de la rue présentent un haut taux de grossesse non planifiée, très peu d’études se sont attardées à cette question. [...]
À la lumière des groupes de discussion [formés pour la présente étude], la place que prend la grossesse dans la vie actuelle des jeunes filles de la rue varie considérablement. Si une minorité de jeunes filles ne pensent pas à la grossesse dans leur vie de tous les jours, et qu’une autre minorité en fait leur projet de vie à court terme, la grossesse représente, pour la grande majorité des jeunes filles que nous avons rencontrées, quelque chose à éviter. La plupart s’entendent pour dire que leurs milieu et mode de vie actuels sont incompatibles avec la poursuite d’une grossesse et que plusieurs conditions s’avèrent nécessaires avant de l’envisager.
Malgré leur volonté d’éviter une grossesse, et malgré la très grande accessibilité de la contraception pour les jeunes filles de la rue, il ressort que l’utilisation de la contraception ne va pas toujours de soi pour elles. L’étude met au jour un certain nombre de croyances et d’éléments contextuels qui engendrent des difficultés quant à la bonne utilisation de la contraception pour les jeunes filles de la rue.
En ce qui a trait aux services en santé sexuelle, les résultats montrent que c’est surtout vers les services leur étant spécifiquement destinés que les jeunes filles de la rue se dirigent, et qu’elles en sont grandement satisfaites. Celles ayant déjà été enceintes ont toutefois identifié deux points négatifs à l’égard des services de santé sexuelle, traditionnels ou leur étant spécifiquement destinés. D’une part, lorsqu’enceintes, elles ont ressenti une pression de la part du personnel de mettre un terme à leur grossesse par le biais de l’avortement, comme s’il s’agissait là de la seule option possible pour elles. D’autre part, elles se sentent jugées négativement dans le cas d’avortements répétés.
En dépit de leur satisfaction à l’égard des services qui leur sont destinés, les participantes ont proposé quelques pistes de solutions visant à les améliorer. Elles ont aussi fait part de commentaires en vue d’améliorer la prévention des grossesses non planifiées chez les jeunes filles de la rue. Leurs commentaires et suggestions se sont avérés très pertinents. Ils serviront de base à l’élaboration de pistes d’intervention à privilégier pour prévenir plus adéquatement les grossesses non planifiées chez les jeunes filles de la rue. » (pp. v-vi)