Le savoir caché des familles d’accueil : Analyse du vécu des familles d’accueil de la région Chaudière-Appalaches

Le savoir caché des familles d’accueil : Analyse du vécu des familles d’accueil de la région Chaudière-Appalaches

Le savoir caché des familles d’accueil : Analyse du vécu des familles d’accueil de la région Chaudière-Appalaches

Le savoir caché des familles d’accueil : Analyse du vécu des familles d’accueil de la région Chaudière-Appalachess

| Ajouter

Référence bibliographique [3707]

Hébert, Hermel. 2005. «Le savoir caché des familles d’accueil : Analyse du vécu des familles d’accueil de la région Chaudière-Appalaches». Mémoire de maîtrise, Lévis (Québec), Université du Québec à Rimouski, Faculté des sciences de l’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« De nombreuses recherches se sont intéressées aux enfants placés et à leurs familles […] mais les données manquent sur ce qui se passe dans les familles d’accueil […]. La présente recherche a pour but d’explorer le savoir expérientiel qu’elles ont développé en accomplissant leur mission d’éducation. » (p. xii)

Question/Hypothèses :
« Comment se manifeste le savoir expérientiel des familles d’accueil? » (p. 28)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
18 familles d’accueil de la région Chaudière-Appalaches

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Types de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les résultats de cette analyse permettent de dégager, sur trois plans, certains traits qui caractérisent ce milieu de pratique : des personnes passionnées dans leur engagement, des familles lucides sur leurs valeurs et leurs relations et enfin, une communauté en quête d’identité. L’échantillonnage restreint ne permet pas la généralisation des résultats. Toutefois, cette recherche fournit des informations précieuses aux décideurs ainsi que des avenues sur le plan de la pratique. Elle incite les différents acteurs à la concertation et au partage des connaissances sur le rôle des familles d’accueil dans l’approche des problèmes familiaux et des pratiques d’intervention. Elle trace également un cadre méthodologique permettant la poursuite de collecte de données dans d’autres milieux présentant des caractéristiques différentes. Enfin, sur le plan scientifique, elle ouvre la voie dans ce domaine à de multiples pistes de recherche encore inexploitées. » (p. xii)