La psychologie des relations humaines au service du support à l’exercice du rôle parental

La psychologie des relations humaines au service du support à l’exercice du rôle parental

La psychologie des relations humaines au service du support à l’exercice du rôle parental

La psychologie des relations humaines au service du support à l’exercice du rôle parentals

| Ajouter

Référence bibliographique [3669]

Lachance, Pierrette. 2005. «La psychologie des relations humaines au service du support à l’exercice du rôle parental». Essai de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’exercice du rôle parental dans la société québécoise du 21e siècle est un défi de taille. Pour certains parents, la crainte de mal faire les incite à chercher un soutien extérieur. Le présent essai vise à démontrer qu’il est possible d’intervenir en assistant ces parents selon le modèle coopératif préconisé au département de psychologie de l’Université de Sherbrooke. L’idée centrale de l’essai veut démontrer comment sont utilisées l’expertise et l’approche du psychologue en relations humaines lors d’une intervention auprès de parents qui cherchent un soutien dans l’exercice de leur rôle parental. Des composantes sociales liées à la problématique du rôle parental et des concepts centraux à la psychologie des relations humaines sont exposés. Un regard est ensuite porté sur l’évolution de l’intervention auprès des parents. Enfin, des liens entre la psychologie des relations humaines et un programme
spécifique de soutien à l’exercice du rôle parental, ’Vie de famille, de la discipline à l’amour’, sont mis en lumière. » (résumé)

2. Méthode


Types de traitement des données :
Essai

3. Résumé


« Les concepts de la psychologie des relations humaines contribuent au développement d’une grande variété d’interventions, auprès de différents types de clients qui sont aux prises avec des situations qui les rendent insatisfaits et inquiets. Tel est le cas de certains parents qui se sentent désemparés dans l’exercice du rôle parental et qui cherchent à l’extérieur d’eux la solution à leur problème. Le défi de l’intervention est d’assister les parents afin qu’ils retrouvent confiance en leurs ressources et changent leurs perceptions d’eux-mêmes comme parents. Par la suite, il est facile de les ’coacher’ afin qu’ils développent et adoptent des habiletés qui leur permettront de résoudre adéquatement les situations difficiles présentes dans leur famille. La difficulté fondamentale, lors de l’intervention auprès des parents, est de rejoindre ceux dont la détresse est la plus sévère. En effet, ces parents craignent, avec raison, un regard évaluateur et une intervention extérieurs qui mettrait en péril leur vie familiale actuelle. L’intervention auprès de ces parents, et de l’ensemble des parents, est appelée à changer. En effet, l’évolution de l’exercice du rôle parental oblige les intervenants à modifier leur approche et à développer de nouvelles stratégies pour assister les parents. C’est dans le respect des ’parents qu’ils sont’ que l’intervention prend son sens.
Le programme ’Vie de famille, de la discipline à l’amour’ a permis de mettre en évidence les apports potentiels de la psychologie des relations humaines dans l’intervention du type groupe de soutien ainsi que l’efficacité de ces programmes. L’implication des aidants naturels dans ces programmes permet d’offrir des services à plusieurs parents et à leurs familles, notamment des familles défavorisées économiquement qui n’auraient accès à aucun soutien. » (p. 28)