Mettre un enfant au monde : des femmes se racontent et souhaitent être entendues : présentation de revendications émises par des femmes de la région 03 (Québec, Portneuf, Charlevoix) en matière de soins périnataux

Mettre un enfant au monde : des femmes se racontent et souhaitent être entendues : présentation de revendications émises par des femmes de la région 03 (Québec, Portneuf, Charlevoix) en matière de soins périnataux

Mettre un enfant au monde : des femmes se racontent et souhaitent être entendues : présentation de revendications émises par des femmes de la région 03 (Québec, Portneuf, Charlevoix) en matière de soins périnataux

Mettre un enfant au monde : des femmes se racontent et souhaitent être entendues : présentation de revendications émises par des femmes de la région 03 (Québec, Portneuf, Charlevoix) en matière de soins périnatauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [3660]

Lapointe, Claire, Baudoux, Claudine, Beauregard, Micheline, Bourgeois, Fanny, Dumais, Hélène, Gélineau, Lucie, Gendron, Claude et LeBlanc, Marie-Denise. 2005. Mettre un enfant au monde : des femmes se racontent et souhaitent être entendues : présentation de revendications émises par des femmes de la région 03 (Québec, Portneuf, Charlevoix) en matière de soins périnataux. Québec: Université Laval, Groupe de recherche multidisciplinaire féministe.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente recherche-action participative de nature qualitative a permis d’explorer auprès de […] femmes […] leur expérience de la grossesse et de l’accouchement. » (résumé)

Questions/Hypothèses :
« Le projet de recherche visait à répondre aux deux questions suivantes :
• Comment les femmes se représentent-elles leur pouvoir en regard du choix des pratiques en périnatalité?
• Qu’elles sont leurs perceptions à l’égard de leur accès à une information et à des ressources diversifiées pendant la période périnatale? » (p. 17)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- 36 femmes ayant accouché entre janvier 2002 et janvier 2004, dans la région 03 (Grande région de Québec, Portneuf et Charlevoix)

Instruments :
- Guide d’entretien de groupe
- Journal de bord

Types de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Nous avons observé que l’information joue un rôle central dans la capacité qu’ont les femmes de faire des choix. Bien informées, elles sont mieux à même de planifier, de demander, de questionner, de se positionner, d’exiger des changements si le besoin s’en fait sentir. Toutefois, malgré la présence d’information, les ressources ne sont pas toujours disponibles (éloignement : temps et transport requis), absence d’horaire atypique, coût trop élevé de certaines ressources alternatives, ou à toute fin non-existence dans Charlevoix de ces mêmes ressources, voire même, de ressources médicales (peu d’accès à l’épidurale, peu de chambres des naissances). Quand elles sont moins bien informées, les femmes se retrouvent plus liées aux choix et aux propositions des intervenant(e)s.
Les résultats ont également révélé que l’ensemble des participantes souhaitent être respectées dans leurs besoins, leurs droits et leurs choix, et ce, quels qu’ils soient. Chacune à sa façon, toutes souhaitent compréhension et considération de leurs besoins physiologiques de base, de leur vécu émotif, de leur intégrité physique, de leur savoir informel, intuitif ainsi que pratique, pour celles qui ont déjà accouché. Certaines femmes participant à la recherche ont même fait référence à une dimension spirituelle de l’accouchement. Or, le respect de leurs besoins, de leurs choix et de leurs droits ne semble pas toujours aller de soi, particulièrement en milieu hospitalier. Plusieurs ont mentionné divers facteurs susceptibles de favoriser ce respect. Ainsi, la capacité qu’a une femme d’énoncer ses besoins et la connaissance qu’elle a de ses droits, sa conviction personnelle quant à sa compétence pour enfanter, le fait qu’elle puisse choisir son intervenant(e) en fonction de ses besoins et de sa propre vision de l’accouchement; la possibilité qui lui est offerte d’instaurer une relation de confiance avec son médecin accoucheur ou sa sage-femme vont dans ce sens. Au contraire, certaines attitudes des intervenant(e)s lors de l’accouchement ou la rigidité du protocole médical peuvent s’avérer des obstacles à surmonter. Toutes les jeunes mères, entre autres, ont mentionné avoir été victimes d’infantilisation de la part des intervenant(e)s en milieu hospitalier.
Finalement, les femmes rencontrées pour le besoin de la recherche ont souligné l’importance de s’assurer de la présence continue d’une seule et même personne d’expérience, disponible et à l’écoute pendant tout le travail et l’accouchement. C’est cette présence continue qui permet de se sentir en sécurité et qui favorise compréhension et soutien. Cette personne peut être une infirmière, une accompagnante, une sage-femme, un médecin, mais jamais uniquement leur compagnon. » (résumé)