La communauté peut aider ses enfants à mieux se préparer à commencer l’école : l’initiative Comprendre la petite enfance

La communauté peut aider ses enfants à mieux se préparer à commencer l’école : l’initiative Comprendre la petite enfance

La communauté peut aider ses enfants à mieux se préparer à commencer l’école : l’initiative Comprendre la petite enfance

La communauté peut aider ses enfants à mieux se préparer à commencer l’école : l’initiative Comprendre la petite enfances

| Ajouter

Référence bibliographique [3658]

Lapointe, Pierre et Martin, Isabelle. 2005. «La communauté peut aider ses enfants à mieux se préparer à commencer l’école : l’initiative Comprendre la petite enfance ». Education et francophonie, vol. 33, no 2, p. 112-124.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’isolement social et le fait de vivre dans des quartiers défavorisés où les ressources matérielles sont rares, les taux de chômage élevés et les populations peu scolarisées, peuvent avoir un effet négatif sur le développement des enfants. Dans cette perspective, l’étude des caractéristiques des populations et de leurs quartiers peut aider à mieux cerner les facteurs de risque et de protection qui influent sur ce développement. » (p. 116) « Nous traiterons ici des données sur l’indice social, qui rend compte du niveau de vulnérabilité des populations, et sur l’évaluation de la maturité scolaire. » (p. 118)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les participants sont choisis en fonction de l’école fréquentée par les enfants. L’échantillonnage de plusieurs écoles a délimité un territoire géographique où vivent les enfants. La ’communauté’ comprend ici les citoyens et les organismes liés aux services d’éducation, aux services bénévoles et récréatifs, aux services de santé, aux services de garde et à l’administration municipale du territoire. » (p. 116)
« L’étude est réalisée sur le territoire des centres locaux de services communautaires (CLSC) de Rosemont, Hochelaga-Maisonneuve, Olivier-Guimond, Saint-Michel et Villeray. Les CLSC sont des établissements publics qui ont la responsabilité de rendre accessibles à la population d’un territoire donné des services de santé, des services sociaux, des services de prévention et des services d’action communautaire. Ces territoires comptent environ 300 000 habitants et près de 10 % de ce nombre sont des enfants de moins de six ans. » (pp. 117-118);
« Au cours de la phase I, dans 28 écoles primaires de la Commission scolaire de Montréal, 70 enseignantes de maternelle ont évalué 1 274 enfants. » (p. 119)

Instruments :
« Neuf indicateurs du Recensement de 1996 ont été sélectionnés pour déterminer le degré de vulnérabilité des populations observées. Selon le découpage géographique établi par Statistique Canada, le territoire étudié se divise en 450 secteurs de dénombrement, qui sont les plus petites unités administratives pour lesquelles des données sont disponibles. » (p. 118)
L’Instrument de mesure du développement à la petite enfance (Janus et Offord, 2000) : « Cinq composantes du développement de l’enfant sont évaluées, celles qui sont considérées comme ayant les rapports les plus significatifs avec l’apprentissage et la réussite scolaire : santé physique et bien-être; compétence sociale; maturité affective; développement du langage et aptitudes cognitives; et communication et connaissances générales. » (p. 119)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’initiative Comprendre la petite enfance à Montréal s’inscrit dans le cadre du programme national d’aide au développement des enfants et de lutte contre la pauvreté. Toujours en cours, cette étude vise, à partir de trois sources d’information, à rendre compte de l’état du développement des enfants dans certains quartiers de Montréal, au moment de leur entrée à l’école. Les enseignants de maternelle de 28 écoles publiques ont d’abord évalué le degré de préparation scolaire des enfants. Les parents ont fourni des renseignements sur leur développement général. Enfin, les caractéristiques des populations et les ressources disponibles sur le territoire étudié ont été examinées. Les résultats de cette collecte de données sont transmis aux intervenants communautaires pour enrichir les programmes et les ressources offerts aux enfants et aux familles. L’article décrit les origines du projet national, les résultats de l’évaluation de la préparation scolaire des enfants et de celle des caractéristiques socioéconomiques des populations étudiées. On termine en décrivant les activités de transfert des connaissances aux organismes partenaires, dans la perspective d’une révision des plans d’action locaux en petite enfance. » (pp. 112-113)