La politique des services de garde à 5 $/jour et l’offre de travail des mères québécoises : résultats d’une expérience naturelle canadienne

La politique des services de garde à 5 $/jour et l’offre de travail des mères québécoises : résultats d’une expérience naturelle canadienne

La politique des services de garde à 5 $/jour et l’offre de travail des mères québécoises : résultats d’une expérience naturelle canadienne

La politique des services de garde à 5 $/jour et l’offre de travail des mères québécoises : résultats d’une expérience naturelle canadiennes

| Ajouter

Référence bibliographique [3625]

Lefebvre, Pierre et Merrigan, Philip. 2005. La politique des services de garde à 5 $/jour et l’offre de travail des mères québécoises : résultats d’une expérience naturelle canadienne. Montréal: Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteurs de cette étude visent à « [analyser] les effets de la politique de garde [québécoise de 1997] sur le comportement de travail des mères québécoises. » (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [Cette étude] s’appuie sur les données annuelles recueillies de 1993 à 2002 par l’Enquête sur la dynamique du travail et des revenus (EDTR) de Statistique Canada. » (résumé)
« Au départ, l’échantillon utilisé est construit à partir du fichier transversal annuel (1993 à 2002) des mères dans les familles de recensement, vivant en couple ou non, avec au moins un enfant (biologique ou non) présent au sein de la famille et qui sont âgées de 19 ans à 54 ans. Puis, ont été retenues les mères ayant au moins un enfant de 5 ans ou moins. » (p. 24)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« L’évaluation des effets de la politique de garde sur différents indicateurs du marché du travail (taux d’occupation d’un emploi, semaines et heures annuelles travaillées, revenu annuel de travail, participation à temps plein au marché du travail) adopte une approche ’quasi expérimentale’, c’est-à-dire que les différences entre les mères québécoises (groupe traitement) et les mères des autres provinces (groupe de contrôle) sont comparées avant et après la mise en place du régime de subventions aux services de garde. Nos résultats sont conformes à l’hypothèse selon laquelle le programme de soutien aux services de garde mis en place par le gouvernement du Québec, en même temps que la maternelle cinq ans gratuite et à temps plein, ont eu un impact important et statistiquement significatif sur l’offre de travail des mères ayant des enfants de 5 ans ou moins. Les résultats économétriques soutiennent aussi, quoique de façon moins convaincante, que l’ampleur de l’effet a augmenté parallèlement à l’augmentation du nombre de place à la contribution réduite de 1998 à 2002. En effet, nous ne pouvons rejeter l’hypothèse selon laquelle l’effet de la politique est le même pour les années 1999 à 2002. Cependant, la régularité de la progression de cet effet pour toutes les variables d’offre de travail laisse croire que l’augmentation du nombre de place a eu un rôle important à jouer dans l’augmentation de l’offre de travail. » (résumé)