Plus l’environnement se complexifie, plus l’adaptation des enfants nécessite l’engagement direct du père

Plus l’environnement se complexifie, plus l’adaptation des enfants nécessite l’engagement direct du père

Plus l’environnement se complexifie, plus l’adaptation des enfants nécessite l’engagement direct du père

Plus l’environnement se complexifie, plus l’adaptation des enfants nécessite l’engagement direct du pères

| Ajouter

Référence bibliographique [3532]

Paquette, Daniel. 2005. Plus l’environnement se complexifie, plus l’adaptation des enfants nécessite l’engagement direct du père. http://dx.doi.org/10.7202/012533ar. Page consultée le 27 juillet 2007.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce court article est en fait un essai dont les idées présentées s’appuient essentiellement sur le modèle de l’auteur. Nous proposons ici une problématisation ’biosociale’ de la paternité en comparant les rôles parentaux du père humain à ceux des pères chez les autres espèces de primates et en tenant compte de quelques adaptations biologiques spécifiques à l’espèce humaine. » (provenance : http://www.erudit.org/revue/efg/2005/v/n3/012533ar.html )

Questions/Hypothèses :
« À partir d’une problématisation biosociale de la paternité, l’auteur propose l’hypothèse que les pères, dans les sociétés où la monogamie est la norme, subissent davantage de pressions sociales pour s’impliquer directement auprès des enfants, et ce, à un âge de plus en plus précoce, au fur et à mesure que leur société se complexifie. La fonction paternelle d’ouverture au monde (incluant les dimensions stimulation et contrôle) s’avèrerait en fait de plus en plus nécessaire pour permettre aux enfants de s’adapter à un environnement physique et social de plus en plus exigeant et compétitif. Ce modèle s’inscrit toutefois dans un modèle plus large sur la complémentarité parentale. » (résumé)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


« Au bout du compte, ce sont les besoins exprimés par les enfants dans leur comportement au quotidien qui devraient nous guider dans les réformes familiales et sociales. Dans un environnement exigeant et en perpétuel changement comme le nôtre, qui défie constamment nos capacités d’adaptation au stress, deux conditions nous semblent essentielles et minimales à assurer aux enfants pour leur permettre de développer des compétences variées et de s’adapter à l’environnement : la stabilité des figures parentales et la complémentarité des rôles parentaux. La complémentarité parentale, qui doit tenir compte des ’forces’ et de la personnalité de chacun des parents, est d’autant plus nécessaire dans le contexte de manque de temps. Des recherches devront être effectuées pour vérifier l’impact différentiel de la fonction d’ouverture au monde adoptée respectivùement par les mères et par les pères sur l’adaptation de l’enfant, dans des contextes de complémentarité ou de non-complémentarité parentale et en fonction des différentes structures familiales d’aujourd’hui. » (provenance : http://www.erudit.org/revue/efg/2005/v/n3/012533ar.html )