Supporter les parents à la stimulation précoce de leur enfant : un exemple québécois

Supporter les parents à la stimulation précoce de leur enfant : un exemple québécois

Supporter les parents à la stimulation précoce de leur enfant : un exemple québécois

Supporter les parents à la stimulation précoce de leur enfant : un exemple québécoiss

| Ajouter

Référence bibliographique [353]

Besnard, Thérèse et Capuano, France. 2011. «Supporter les parents à la stimulation précoce de leur enfant : un exemple québécois». Dans Précarités et éducation familiale , sous la dir. de Chantal Zaouche Gaudron, p. 240-248. Toulouse: Éditions Érès.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude propose l’évaluation d’un programme de stimulation précoce, le ‘Projet 4 ans’ (P4), un projet de classe maternelle établi en milieu de précarité qui s’adresse à des enfants de 4 ans présentant des retards de développement. Ce projet a pour philosophie d’intervention d’aider les parents à stimuler leur enfant, en plus d’offrir des services directement aux enfants.» (p. 240) «La présente étude a voulu vérifier si les efforts déployés pour intervenir auprès de l’enfant et de sa famille avaient un effet bénéfique sur l’environnement familial et sur le développement de l’enfant.» (p. 241)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 34 enfants ont été sélectionnés pour participer à cette étude. Les sujets du groupe expérimental (n = 17) ont été recrutés parmi les enfants qui ont participé au P4. Les enfants du groupe témoin (n = 17) ont pour leur part fréquenté un programme de maternelle moins intensif […] qui ne comportait pas de volet parent aussi élaboré.» (p. 241)

Instruments :
- Utilisés avec les enfants :
- Le First Step
- Le dessin du bonhomme
- L’échelle en images Peabody EVIP
- Le Profil socioaffectif
- Le Lollipop
- Utilisé avec les parents :
- L’échelle Home préscolaire revisée
- Utilisés pour la relation parent-enfant :
- L’Indice de stress parental
- Le Profil socioaffectif

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le fait que le programme P4 offre une aide directe aux enfants et du soutien aux parents pour qu’ils puissent stimuler eux-mêmes leur enfant constitue […] une piste prometteuse puisque cette évaluation relate des effets positifs de l’intervention sur le développement des enfants et sur la relation parent-enfant. Au-delà de ces résultats […] le P4 rejoint la population à risque qu’il vise.» (p. 246) «Même si les données scientifiques soulignent l’importance de tabler sur la participation des parents si l’on veut améliorer l’efficacité des programmes de stimulation précoce, dans les faits cette recommandation est parfois difficile à appliquer.» (p. 247) L’évaluation des auteures «[…] démontre qu’il est pourtant possible de collaborer efficacement avec les familles en contexte de précarité et ainsi de mieux préparer les enfants issus de ces milieux à vivre leur début de scolarisation. Seulement, travailler de concert avec les parents implique inévitablement d’accepter de confronter nos visions respectives du développement de l’enfant. Un réel partenariat entre la famille et l’école peut s’établir dans le mesure où les intervenants acceptent de partager leur pouvoir décisionnel […]. Reconnaître la compétence des parents, au-delà des mots, doit se traduire par des actions concrètes qu’il faut prendre le temps d’implanter.» (p. 247)