L’épreuve de l’abandon et l’état d’insécurité affective

L’épreuve de l’abandon et l’état d’insécurité affective

L’épreuve de l’abandon et l’état d’insécurité affective

L’épreuve de l’abandon et l’état d’insécurité affectives

| Ajouter

Référence bibliographique [3470]

Rivest, Claudette. 2005. L’épreuve de l’abandon et l’état d’insécurité affective. Montréal: Éditions du CRAM.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif que je poursuis est de démontrer que, lorsque l’attachement avec la mère n’a pas eu lieu, les enfants vivent une carence affective et sont troublés par la peur inconsciente, mais permanente, d’être abandonnés. » (p. 14)

Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse première de cet essai est que, sans un processus d’attachement et de séparation réussi, le petit être humain ne peut qu’être empreint du sentiment d’être abandonné par sa mère; la seconde hypothèse est que le moment optimal, où le tout petit enfant a cette tendance à se laisser imprégner des caractéristiques de l’objet de son attachement, se produit au cours de la ’période critique’ qu’est la relation symbiotique. » (p. 14)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’expérience de thérapie de l’auteure avec les mères et leurs enfants est à la source de ce document.

Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


« Bien que la majorité des observations sur les enfants abandonnés aient été recueillies dans des institutions d’après-guerre, nombre d’enfants de notre époque vivent aussi des états d’abandon. L’abandon dont je traite dans cet essai ne concerne pas uniquement les nourrissons abandonnés à leur naissance et donnés en adoption, mais aussi les bébés qui manifestent de l’insécurité quand leur mère se sépare d’eux et les jeunes enfants qui protestent lorsqu’ils sont laissés en garderie sans préparation suffisante. Cet essai concerne également tous les adolescents abandonnés à eux-mêmes qui n’ont ni la maturité ni le soutien nécessaire pour s’intégrer à des groupes de pairs […] Je propose une compréhension de ce qu’est la difficulté de vivre des enfants aux prises avec des séparations, des ruptures, des blessures et tourmentés par des insécurités issues de leur passé d’abandon. » (p. 11)