L’identification des savoirs chez l’enfant Lébou de six ans (Sénégal), avant son entrée dans le réseau scolaire officiel

L’identification des savoirs chez l’enfant Lébou de six ans (Sénégal), avant son entrée dans le réseau scolaire officiel

L’identification des savoirs chez l’enfant Lébou de six ans (Sénégal), avant son entrée dans le réseau scolaire officiel

L’identification des savoirs chez l’enfant Lébou de six ans (Sénégal), avant son entrée dans le réseau scolaire officiels

| Ajouter

Référence bibliographique [3464]

Rochefort, Corinne. 2005. «L’identification des savoirs chez l’enfant Lébou de six ans (Sénégal), avant son entrée dans le réseau scolaire officiel». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Faculté des sciences de l’éducation, .

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Les objectifs de la présente recherche sont :
- Identifier les savoirs acquis par l’enfant Lébou de six ans, durant son enfance, tels que perçus par la mère et rapportés par l’enfant;
- Identifier les théories éducatives de la mère en rapport à l’éducation et au développement de l’enfant de six ans. » (p. 56)

Questions/Hypothèses :
« Dans le contexte Lébou sénégalais, en rapport à des expériences vécues dans le quotidien par l’enfant, quels sont les savoirs que l’enfant Lébou de six ans a acquis dans ses milieux de vie, avant d’entrer dans le réseau scolaire officiel? Pratiquement cela signifie d’identifier les routines quotidiennes; de décrire les activités domestiques demandées aux enfants; d’interroger les jeux des enfants; de repérer avec qui ils entrent en interrelations; d’identifier les théories éducatives implicites des mères; de cerner les stratégies qu’elles mettent en œuvre pour élever leurs enfants. » (p. 41)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Nous avons rencontré 9 mères et 31 enfants [16 filles et 15 garçons] en entrevues. La réalité linguistique rencontrée sur le terrain a fait en sorte que la majorité des entrevues (38/40) ont été menées en wolof avec l’aide des interprètes respectives à chacun des villages. » (p. 85)

Instruments :
Guide d’entretien non directif individuel, avec interprète : « La base de la grille d’entrevue a reposé sur les grandes lignes de la classification des savoirs, soulignée antérieurement : l’apprentissage des codes sociaux, [...] des activités domestiques et [...] des rôles et des relations. » (p. 68)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette recherche se déroule dans deux villages sénégalais en périphérie de Dakar, N’Gor et Yoff, auprès de représentants de l’ethnie Lébou — des mères et des enfants. Elle permet d’identifier des savoirs acquis par l’enfant Lébou de six ans, durant son enfance, au sein de la société où l’éducation coutumière emprunte les créneaux de la tradition orale et de l’éducation informelle. Cette étude met en évidence d’une part, la nature fonctionnelle des savoirs acquis par l’enfant de six ans et d’autre part, les théories éducatives implicites de mères et les stratégies qui en découlent. Elle décrit aussi combien les stratégies éducatives des mères sont influencées par le sexe de l’enfant.
Sur le plan méthodologique, la recherche adopte une démarche inductive et fait appel à l’entrevue non directive comme principal outil de cueillette des données. Le protocole de recherche est établi à la lumière de connaissances préalables du terrain de recherche (Rochefort, 1993). Cette expérience a aidé à préciser des éléments essentiels au bon déroulement sur le terrain, dans le respect des us et coutumes de la communauté d’accueil.
La thèse se divise en quatre chapitres. Le premier chapitre présente le contexte lébou sénégalais dans lequel s’inscrit la problématique. Au deuxième chapitre, nous présentons les orientations conceptuelles. Au troisième chapitre, nous élaborons la méthodologie. Le quatrième chapitre fait état de l’analyse des données recueillies sur le terrain et de l’interprétation des résultats. Les conclusions de la recherche suivent. Cette étude montre l’acquisition faite par les enfants, de savoirs coutumiers, essentiels, vitaux, indispensables pour se débrouiller au quotidien. » (p. vii)