L’évaluation familiale en protection de la jeunesse : une étude à cas multiples

L’évaluation familiale en protection de la jeunesse : une étude à cas multiples

L’évaluation familiale en protection de la jeunesse : une étude à cas multiples

L’évaluation familiale en protection de la jeunesse : une étude à cas multipless

| Ajouter

Référence bibliographique [346]

Blouin, Sophie. 2011. «L’évaluation familiale en protection de la jeunesse : une étude à cas multiples». Thèse de doctorat, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif principal de la recherche actuelle est […] de décrire, de caractériser, de faire des liens et de conceptualiser [les troubles de comportement des adolescents] en lien avec les crises familiales.» (p. 35)

Questions/Hypothèses :
«[E]st-ce que le déséquilibre créé par l’hypothèse clinique mobilise réellement la famille vers de nouvelles opportunités?» (p. 35)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Étant donné que la perspective méthodologique choisie est une étude à cas multiples, huit (8) familles ont été sélectionnées à partir de la base de données d’un centre jeunesse où est implantée une démarche systématique d’évaluation et d’intervention familiale auprès d’adolescents présentant des troubles de comportement.» (p. 38)

Instruments :
Grille d’observation

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’intervention auprès des adolescents ayant des troubles de comportement présente de nombreux défis. Afin de maximiser les résultats avec ce type de problématique, quelques centres jeunesse du Québec ont opté pour une perspective familiale, soit d’intervenir auprès de tous les membres de la famille, plutôt que de privilégier une intervention exclusivement individuelle. […] Ainsi, dans cette étude, la chercheure se questionne justement sur cette perspective familiale et sa capacité de bien intervenir auprès des adolescents ayant des troubles de comportement et leur famille. En plus, la chercheure a investigué davantage ce concept de crise afin de mieux saisir les réactions des membres de la famille lors d’un tel processus thérapeutique. […] À l’aide d’une étude à cas multiples […] la chercheure a analysé ce moment précis où l’hypothèse clinique est présentée aux membres de la famille afin de recueillir différentes observations. […] Les différents résultats ont permis de constater que malgré des caractéristiques et une problématique différentes, il est possible de constater que certaines catégories reviennent d’une famille à l’autre. En ce qui concerne les réactions des membres de la famille face à l’hypothèse clinique, les résultats démontrent des propos mitigés selon les familles.» (p. iii)