Le style parental dans les devoirs

Le style parental dans les devoirs

Le style parental dans les devoirs

Le style parental dans les devoirss

| Ajouter

Référence bibliographique [3447]

Saint-Laurent, Lise et Giasson, Jocelyne. 2005. «Le style parental dans les devoirs ». Education Canada, vol. 45, no 1, p. 47-50.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dans la présente étude, nous nous intéressons à la participation des parents dans les devoirs, en analysant leur style parental, et ce, à partir d’un vaste échantillon de parents d’enfants québécois francophones du primaire. » (p. 47)

Questions/Hypothèses :
« Nous voulons vérifier si le style parental dans les devoirs est influencé par le niveau scolaire de l’enfant, le milieu socioéconomique de Ia famille et la réussite scolaire de l’élève. » (p. 47)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Un échantillon de 990 parents d’élèves de 2e, 4e et 6e années du primaire ont été interrogés dans cette étude, 411 de milieux défavorisés et 549 de milieux moyens/favorisés. » (p. 48)

Instruments :
« Le questionnaire comporte trois rubriques : 1) la durée des devoirs, 2) le style parental dans les devoirs et 3) les informations sur l’élève. La rubrique ’Style parental’ portait sur trois aspects : le type d’implication parentale dans les devoirs, la relation parent-enfant lors des devoirs, et la motivation des parents dans l’aide aux devoirs. » (p. 48)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« En général, les parents sont très impliqués dans les devoirs et préoccupés par la réussite scolaire de leur enfant. Ils considèrent que leur soutien lui est nécessaire pour réussir et qu’il fait partie de leur rôle de montrer à leur enfant les choses qu’il n’a pas comprises en classe. Au début du primaire, plus de la moitié des parents font les devoirs avec leur enfant alors qu’un autre tiers est présent et disponible s’il a besoin d’aide. Plus l’élève vieillit moins il a besoin d’aide, mais les parents continuent d’assurer présence et disponibilité. Or, pour un certain pourcentage de parents (13 %), les devoirs sont difficiles à cause du comportement de leur enfant.
En comparaison aux parents des milieux moyens/favorisés, un plus grand pourcentage de parents des milieux défavorisés répondent ne pas aider leur enfant dans les devoirs. Mais la préoccupation envers la réussite scolaire est la même pour les parents des deux milieux de même que la satisfaction dans l’aide aux devoirs. Le niveau de réussite de l’enfant est un facteur qui influence fortement les réponses des parents sur leur style dans le soutien aux devoirs. Plus l’enfant est faible, plus la durée des devoirs est longue, plus les problèmes y sont présents, moins l’enfant est autonome dans cette activité et moins l’activité est agréable pour le parent. Ainsi, la tâche des parents dans les devoirs semble beaucoup plus lourde quand l’élève réussit sous la moyenne de la classe et surtout lorsqu’il présente des difficultés scolaires. » (p. 50)