Se concerter dans l’action : les élèves à risque et ceux avec un plan d’intervention dans les trois écoles du Vieux-Limoilou

Se concerter dans l’action : les élèves à risque et ceux avec un plan d’intervention dans les trois écoles du Vieux-Limoilou

Se concerter dans l’action : les élèves à risque et ceux avec un plan d’intervention dans les trois écoles du Vieux-Limoilou

Se concerter dans l’action : les élèves à risque et ceux avec un plan d’intervention dans les trois écoles du Vieux-Limoilous

| Ajouter

Référence bibliographique [3431]

Sheriff, Teresa, Lopez Arellano, José et Carrier, Richard. 2005. Se concerter dans l’action : les élèves à risque et ceux avec un plan d’intervention dans les trois écoles du Vieux-Limoilou. Beauport (Québec): Centre jeunesse de Québec - Institut universitaire.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de notre projet de recherche-action étant de proposer un dispositif de soutien aux enseignants, aux parents et à la direction pour favoriser la réussite éducative des élèves à risque, nous présentions un projet d’expérimentation pour l’année scolaire 2004-2005 comportant plusieurs volets (annexe A). » (p. 1)

Questions/Hypothèses :
« Le rapport est organisé en trois chapitres, chacun présente le projet et les sous-projets pour soutenir chaque hypothèse énoncée. » (p. 5)
« Hypothèse 1 : L’accompagnement pour l’appropriation du processus d’élaboration du plan d’intervention facilite la concertation direction-enseignant-élève-parents. […]
Hypothèse 2 : Mieux sélectionner la population, objet d’un plan d’intervention, facilite la différenciation des actions ou moyens d’intervention. […]
Hypothèse 3 : La participation de l’élève et des parents aux plans d’intervention est en lien avec la modalité de communication. » (pp. 3-4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La matière du présent rapport s’inscrit en continuité de deux rapports précédents : Leur apprendre le difficile métier d’élève et La population d’élèves avec un plan d’intervention : État de situation dans les trois écoles du Vieux-Limoilou [Commission scolaire de la Capitale] et pistes d’action (Sheriff et al, 2004). Aussi, la méthodologie est la même. » (p. 5)

Types de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Ce projet a démontré qu’il est possible d’actualiser le principe de l’égalité de chances auquel la Commission scolaire de la Capitale adhère, par des pédagogies souples et adaptées, à l’hétérogénéité des élèves. Il ne faut pas oublier que les écoles participant à la recherche-action sont classées au rang 8 et 9 dans l’échelle de 1 à 10 de défavorisation. Le quartier, bien qu’hétérogène, conserve des poches de pauvreté. Le succès atteint, auprès des élèves et des enseignants, avec la pédagogie différenciée a permis de mieux déceler les véritables situations d’enfants en difficulté qui ont besoin des dispositifs de protection. La concertation avec le Centre jeunesse atteint ici sens et pertinence, car bien que l’école soit un milieu de résilience, on ne peut lui demander d’en assumer seule cette fonction. » (p. 109)