Parenting Styles and Family Environment: Influences on Youth Problem Gambling

Parenting Styles and Family Environment: Influences on Youth Problem Gambling

Parenting Styles and Family Environment: Influences on Youth Problem Gambling

Parenting Styles and Family Environment: Influences on Youth Problem Gamblings

| Ajouter

Référence bibliographique [3419]

Ste-Marie, Chantal. 2005. «Parenting Styles and Family Environment: Influences on Youth Problem Gambling». Thèse de doctorat, Montréal, Université McGill, Département de psychopédagogie et psychologie du counseling.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette étude examine les liens entre les pratiques éducatives parentales, la nature de l’environnement familial et les comportements de jeu de hasard et d’argent de […] cégépiens […]. » (p. iii)

Question/Hypothèses :
« It was hypothesized that parenting styles as perceived by participants would differ among the gambling groups. More specifically, Problem Gamblers would be more likely to perceive their parents as having ’authoritarian’ or ’permissive’ parenting styles, whereas Non-Gamblers and Social Gamblers would be more likely to perceive their parents as having an ’authoritative/flexible’ parenting style […]. » (p. 37)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
1203 cégépiens de la grande région métropolitaine

Instruments :
- Questionnaire démographique;
- Gambling Activities Questionnaire (GAQ; Gupta & Derevensky, 1996);
- DSM-IV-MR-J (Fisher, 1992);
- The Parental Authority Questionnaire (Buri, 1991);
- The Family Environment Scale, Third Edition (Moos & Moos, 2002).

Types de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats montrent la présence de liens indirects entre les styles parentaux et la manifestation de comportements de jeu problématiques. À la lumière de ces résultats, il semble que les composantes de l’environnement familial soient à l’origine de cette relation. Les environnements familiaux ’défavorables’, caractérisés par un niveau de conflits élevé par un faible niveau de cohésion, augmentent significativement le risque de manifestation de problèmes de jeu chez ces jeunes. Ces résultats peuvent être utilisés pour guider de nouvelles études qui pousseront davantage l’exploration des dynamiques complexes entre les influences familiales, d’une part, et les comportements de jeu de hasard et d’argent problématiques des jeunes, d’autre part. » (p. iii)